Décès de Johnny Winter, légende du blues

Par @Culturebox
Mis à jour le 17/07/2014 à 17H24, publié le 17/07/2014 à 13H29
Johnny Winter en concert en mai 2011, en Allemagne

Johnny Winter en concert en mai 2011, en Allemagne

© LUTZ MÜLLER-BOHLEN

Le guitariste et chanteur de blues américain Johnny Winter, une des légendes de Woodstock, est décédé mercredi à Zurich (Suisse) à l'âge de 70 ans, selon une annonce faite sur sa page Facebook officielle.

"L'icône du blues du Texas Johnny Winter est mort à 70 ans. Il est décédé le 16 juillet dans sa chambre d'hôtel à Zurich. Sa femme, sa famille et les membres de son groupe sont bouleversés par la perte d'un être aimé et d'un des plus grands guitaristes du monde", indique un court communiqué.

Une autopsie a été ordonnée pour déterminer les causes de la mort, mais "selon les premiers éléments de l'enquête, il semble que ce décès s'explique par des raisons médicales, et aucun indice ne fait état de l'implication d'un tiers", a déclaré un porte-parole de la police cantonale.
Johnny Winter, concert live At Hondarribia, en 2011
Il devait publier un nouvel album en septembre 

Johnny Winter, albinos au corps recouvert de tatouages, était considéré comme l'un des meilleurs joueurs de blues au monde, lorsqu'il était au sommet de sa carrière.

Johnny Winter, au blues furieux et à la voie éraillée, était actuellement en tournée. Il s'était produit tout récemment en France, au Cahors Blues Festival où il était de passage le 14 juillet. Il devait démarrer une tournée américaine au mois d'août et publier le 2 septembre un nouvel album "Step Back", avec de prestigieux invités comme Ben Harper, Eric Clapton ou Dr John.

Depuis plus de 40 ans, il promènait sa silhouette filiforme sur toutes les scènes du monde et électrisait le public de riffs agressifs qu'il adoucissait de sa voix rauque.
"L'homme le plus électrisant" selon Rolling Stone

La carrière du guitariste texan décolle à la fin des années 60 en publiant deux albums : "The Progressive Blues Experiment" et "Johnny Winter". La carrière du musicien décolle en partie grâce à un article très élogieux publié dans Rolling Stone en 1968, où il est qualifié d'homme le plus électrisant, à côté de Janis Joplin.

Johnny Winter se produit dans un certain festival de Woodstock et entre dans la légende. En 1970, il joue aux côtés de Jimi Hendrix. Mais après Woodstock, Johnny Winter est obligé de s'arrêter plusieurs années, en raison de ses problèmes de drogue.

Il reprend sa carrière en 1973. Sa silhouette fragile, presque brisée, contrastait sur scène avec une voix
rauque, toute en force. "Pour moi, le blues est une nécessité", disait-il.
Johnny Winter, concert live au Massey Hall, Toronto 1983
Au fil de plus d'une vingtaine d'albums, le musicien et chanteur explore les chemins sinueux du blues et du rock et donne même un souffle nouveau au "Jumpin'Jack Flash" des Rolling Stones.

Son célébrissime  "Captured Live", sorti en 1976, est considéré aujourd'hui encore comme le disque live blues de référence. En 1988, il a été le premier bluesman blanc intronisé au Blues Hall of Fame