"Blue and lonesome", le joli coup de blues des Rolling Stones

Par @Culturebox
Mis à jour le 03/12/2016 à 11H51, publié le 03/12/2016 à 11H03
Le blues, l'ADN des Rolling Stones (ici en concert à Las Vegas en octobre 2016).

Le blues, l'ADN des Rolling Stones (ici en concert à Las Vegas en octobre 2016).

© MediaPunch/Shutterstock/SIPA

Retour aux sources pour les Rolling Stones avec "Blue and lonesome", un album composé de 12 reprises de chansons blues des années 50 et 60. Sorti le 2 décembre, ce 23e opus permet au groupe de s’offrir une petite cure de jouvance tout en revenant aux "fondamentaux". Une belle façon de rester présent.

"Bigger Bang", le dernier album studio des Rolling Stones remonte à 2005. Onze ans ont passé et il était temps pour les papies du rock de revenir dans les bacs (où ils sont malgré tout présents avec la parution cette année d’un coffret en tirage limité de leurs albums des années 1960 en version mono et d’un CD/DVD de leur concert à Cuba en mars dernier intitulé "Havana Moon").
 
Il semble que "Blue and Lonesome" soit né un peu par hasard, alors que les Stones étaient en train de travailler sur de nouvelles compositions aux British Grove Studios, à Londres. En panne d’inspiration, ils se sont mis à jouer du blues. Le plaisir était tellement évident qu’ils ont décidé de consacrer leur nouvel album à des reprises blues, non pas de standards mais à des titres et des musiciens moins connus du grand public (Walter Jacobs, dit Little Walter, Chester Burnett, dit Howlin’ Wolf, Willie Dixon, Samuel Maghett, dit Magic Sam, Jimmy Reed ou encore Otis Hicks dit Lightnin’ Slim).

"C’est un hommage aux musiciens de blues, c'est eux qui nous ont donné envie de monter notre groupe", explique Mick Jagger. Il faut effectivement rappeler aux jeunes générations que les Rolling Stones sont des enfants du blues : leurs trois premiers albums (1964-1965) étaient en grande partie composés de reprises de thèmes rhythm’n’blues, rock’n’roll et blues.

Reportage : C. Airaud / J-C. Lambard
 
Ànoter, la présence de deux invités sur cet album : Eric Clapton à la guitare sur deux morceaux et le batteur Jim Keltner.