Billie Holiday renaîtra bientôt sur scène en hologramme

Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Publié le 10/09/2015 à 15H31
Billie Holiday immense chanteuse de jazz disparue en juillet 1959.

Billie Holiday immense chanteuse de jazz disparue en juillet 1959.

© Sony Legacy / AP/Sipa

Légende du jazz, Billie Holiday n'est plus de ce monde depuis 1959. Mais elle revient pour un tour de chant hors normes à New York cet automne grâce à la technologie des hologrammes. Le fantôme de Lady Day inaugurera une série de spectacles en trois dimensions prévus à l'Apollo, lieu emblématique du jazz situé à Harlem.

Epicentre de la musique noire américaine depuis plus de soixante-dix ans, l'Apollo vient de signer un partenariat avec la société Hologram USA afin de devenir la première salle américaine à proposer des spectacles en 3D.

Billie pourra "répondre aux questions du public"

Billie Holiday, qui a fait ses débuts à l'Apollo à l'âge de 19 ans et s'y est ensuite produite une trentaine de fois, était un choix naturel pour inaugurer ce partenariat, qui devrait se concrétiser "cet automne", indique le site de l'Apollo

Les enregistrements de voix de Lady Day seront utilisés avec l'accord de ses héritiers afin de créer un spectacle interactif. Bien entendu, on l'entendra (et on la verra, donc) chanter, notamment sa chanson-phare "Strange Fruit", qui dénonçait le lynchage des noirs au sud du pays. Mais elle pourra également répondre à des questions du public et parler de l'histoire de l'Apollo, précise la présidente de la salle Jonelle Procope dans un article du New York Times.

Selon elle, cette technologie est "enthousiasmante" car elle devrait permettre non seulement de proposer des collaborations entre légendes disparues et artistes vivants mais aussi de ramener à la vie des performances légendaires comme celle de James Brown en 1962. 
"Strange Fruit" (Abel Meeropol)

L'Apollo assure qu'il respectera l'intégrité des artistes

Mais ces spectacles en hologrammes, souvent accusés de mauvais goût, rendront-ils  justice aux artistes disparus ? "Nous ne ferions rien qui puisse compromettre l'intégrité des artistes", assure-t-elle.

Les spectacles en hologrammes ont commencé à être pris au sérieux en 2012 lorsque le rappeur assassiné Tupac Shakur était ressuscité sur scène en compagnie de Snoop Dogg et Dr Dre au festival Coachella en Californie.

Depuis, la technologie a été utilisée pour faire revivre le pianiste Liberace dans un spectacle à Las Vegas et pour un bref concert du rappeur Chief Keef, interdit de se produire à Chicago après avoir été arrêté.

L'an passé, le spectre en 3D de Michael Jackson était venu interpréter aux Billboard Awards une des chansons de son album posthume "XScape". Il a également été question ces dernières années de faire revivre de la sorte les icônes Presley et Marilyn Monroe.