BFG, le retour du trio de choc d’Emmanuel Bex

Par @annieyanbekian Journaliste, responsable de la rubrique Jazz-Musiques du Monde de Culturebox
Mis à jour le 30/10/2013 à 09H16, publié le 29/10/2013 à 19H49
Emmanuel Bex, Glenn Ferris et Simon Goubert

Emmanuel Bex, Glenn Ferris et Simon Goubert

© Julien Mignot

L’organiste et claviériste de jazz Emmanuel Bex a reformé cette année un trio qui lui a valu tous les succès et honneurs il y a douze ans : BFG. "B" pour Bex, "F" pour (Glenn) Ferris, tromboniste américain, "G" pour (Simon) Goubert, batteur. Le groupe a enregistré en live un nouvel album, « Now or Never », qu’il présente jeudi et vendredi au Sunset, à Paris. Il nous en parle.

Natif de Caen, pianiste et bassoniste de formation, Emmanuel Bex s’est tourné vers l’orgue Hammond en 1982, à 23 ans, à la suite de sa rencontre avec l’organiste de jazz Eddy Louiss. Au cours des 25 dernières années, il a participé à une vingtaine de projets discographiques, dont les deux tiers en tant que leader.

Le 7 octobre, Emmanuel Bex a sorti l’album « Now or Never » qui marque le grand retour discographique de son trio BFG, résultat de fructueuses retrouvailles scéniques, douze ans après la grande réussite du premier opus « Here & Now ». Le disque a été réalisé pour le label Naïve à partir des captations des concerts donnés fin juin 2013 au Sunset, l’un des clubs de jazz de la rue des Lombards à Paris.
Solo de Glenn Ferris, le tromboniste de BFG, sur le morceau "The Coaster" (extrait du premier album du trio), au New Morning le 22 janvier 2013
Ce nouveau disque atteste de la complicité intacte qui unit Bex, Ferris et Goubert dans un dialogue souvent teinté d’humour entre l’orgue Hammond B3 du premier, le trombone du second et la battue subtile et féline du troisième. Cet album joyeux, au groove implacable, s’ouvre sur une reprise malicieuse et aérienne de « Take Five », le standard intemporel que le saxophoniste Paul Desmond avait offert au Dave Brubeck Quartet, et se poursuit avec des compositions des trois compères et un morceau de Thelonious Monk. Un excellent moment musical.

Parallèlement aux retrouvailles de BFG, Emmanuel Bex a sorti à la rentrée un autre disque remarqué, un hommage très original au pianiste Bill Evans (1929-1980) intitulé « B2Bill », enregistré avec le pianiste Nico Morelli et le slameur Mike Ladd. Mais c’est une autre histoire.
Emmanuel Bex, Glenn Ferris, Simon Goubert 

Emmanuel Bex, Glenn Ferris, Simon Goubert 

© Julien Mignot
Sept questions à Emmanuel Bex

- Culturebox : Pouvez-vous nous relater les circonstances de la reformation du trio BFG douze ans après « Here & Now ! » ?
- Emmanuel Bex : Nous n’avions pas l’intention de faire de BFG une histoire durable. Pendant dix ans, chaque membre du trio a réalisé ses propres projets. Nous avions juste envie de nous retrouver une fois par an pour jouer ensemble. C’est le label Naïve qui a voulu forcer le destin. En janvier dernier, j’avais un concert programmé au New Morning. Il se trouve que Simon Goubert, le batteur de BFG, me suit dans mes autres aventures depuis douze ans. Pour la seconde partie du concert, j’ai invité Glenn Ferris et nous avons reformé le trio. Naïve nous a alors proposé d’enregistrer un nouveau disque ensemble.

- Que représente pour vous ce nouvel album « Now or Never », concrétisation de ces retrouvailles après tant d’années ?
- La première idée, c’est que ce n’est pas un disque isolé. Il fait vraiment partie d’une histoire et c’est très important. Il est le résultat d’un processus de maturation de dix ans. Et finalement, je peux dire que dans certaines circonstances, ça fait du bien quand le temps passe ! Avec ce deuxième épisode, le projet devient plus concret, on ressent les choses avec plus d’intensité et on sait mieux où on veut aller.

- Votre nouveau disque comporte six compositions originales signées des différents membres du trio, ainsi que deux standards…
- C’est à peu près le même ratio que pour l’album de 2001. Avec ce groupe, nous avons une démarche créative, tout en assumant une filiation du jazz en parsemant nos projets de repères historiques et de grandes figures. Nous nous sommes amusés à tordre « Take Five » de façon à ce qu’on en reconnaisse des reflets… Nous avons aussi repris « Bluehawk » de Thelonious Monk. Monk, c’est le cœur du jazz, une danse intérieure, et dans ce morceau, vous avez ces cinq notes qui se répètent...
Quand deux trios de Bex se retrouvent sur scène : BFG (Bex, Ferris, Goubert) et Open Gate (Bex, Francesco Bearzatti au saxophone, Goubert), au New Morning le 22 janvier 2013
- Au fait, l’association orgue + trombone + batterie n’est pas très courante…
- C’est en effet une formation unique qui contribue à donner un côté baroque à ce qu’on propose. Et si on joue de ça, c’est qu'on doit nous-mêmes être baroques quelque part… Quand on met un orgue avec un trombone, il faut inventer la musique qui va avec, puisqu’il n’existe pas du tout de référence.

- Comment travaillez-vous au sein du trio ?
- C’est un travail complètement collectif. On fait comme les comédiens ! Quand on est en répétition, on expérimente, on essaie de cerner les choses, de déceler les évidences, on attend que les choses s’installent d’elles-mêmes… Ce n’est pas du tout une démarche intellectuelle. Et je peux dire qu’on mouille la chemise ! On essaie de proposer une musique qui rappelle l’instinctivité et l’animalité du jazz.

- C’est peut-être cette spontanéité et cette fraicheur que l’on perçoit à l’écoute du disque, dans lequel je ressens aussi beaucoup d’humour…
- Un peu d’humour, un peu de distance, je trouve que ce n’est pas plus mal pour faire passer les messages. Quand j’étais plus jeune, j’avais la volonté de toujours parfaire les choses… Aujourd’hui, je préfère composer des fragments, puis laisser la musique s’installer à l’intérieur...

- À quand un troisième disque de BFG ?
- Le prochain disque se fera aussi dans douze ans ! Vous savez, dans le jazz, on ne fait jamais de plan… Mais je voudrais que l’on continue de jouer cette musique dans le cadre intimiste d’un club de jazz. Si ça ne tenait qu’à moi, je limiterais tous mes concerts à des salles de petit format. On se sent tellement plus proche du public, on ressent une telle interaction… Le jazz a été conçu dans des lieux de petite dimension, c’est plus intime et chaleureux. Je vais demander aux programmateurs du Sunset de construire un club à l’identique sur une autre planète, afin que l’on aille y jouer dans douze ans !

(Propos recueillis par A.Y. le 29 octobre 2013)
 
BFG en concert
Emmanuel Bex : orgue Hammond
Glenn Ferris : trombone
Simon Goubert : batterie
 
À Paris, au Sunset, jeudi 31 et vendredi 1er novembre 2013, 21H30
> Informations ici
 
À Vincennes, Espace Daniel Sorano, samedi 7 décembre 2013, 20H30
> Informations sur la page Sorano Jazz
 
Tout l’agenda d’Emmanuel Bex ici