Banlieues Bleues 2015, toujours plus éclectique

Par @annieyanbekian Journaliste, responsable de la rubrique Jazz-Musiques du Monde de Culturebox
Mis à jour le 03/04/2015 à 16H10, publié le 13/03/2015 à 10H53
Banlieues Bleues 2015 - affiche mode horizontal © DR

Du 20 mars au 17 avril, le 32e festival Banlieues Bleues sonne l'arrivée du printemps avec une programmation toujours plus ouverte, entre jazz, blues, sons africains, soul, reggae, rock, rap... Une trentaine d'artistes y participent, parmi lesquels Cécile McLorin Salvant (qui invite Vincent Peirani), l'ONJ, Lucky Peterson, les Tunisiens Dhafer Youssef et Dorsaf Hamdani ou le Brésilien João Donato.

Le légendaire orchestre de Sun Ra, animé par son vieux complice Marshall Allen, ouvre les festivités le vendredi 20 mars à Saint-Ouen. Le saxophoniste Marshall Allen, 90 ans, avait rejoint l'Arkestra de Sun Ra au milieu des années 50 pour ne plus le quitter jusqu'à la mort du pianiste cosmique en 1993. Par la suite, il a repris en main la destinée du Sun Ra Arkestra. La soirée d'ouverture de Banlieues Bleues se veut aussi une célébration du légendaire label Strata East, codirigé autrefois par le trompettiste Charles Tolliver et le pianiste Stanley Cowell : ces derniers animent la première partie de ce prestigieux concert.
Sun Ra Arkestra : "Space is the place" (extrait) en concert en 1974
Hommage à Nat King Cole
L'histoire du jazz sera également à l'honneur avec un hommage au grand Nat King Cole, disparu il y a cinquante ans. Le 26 mars à la Dynamo de Pantin, le chanteur anglais Hugh Coltman donnera un avant-goût du disque qu'il consacre à son illustre aîné, et qui doit sortir fin août.
Hugh Coltman répète en studio "Nature Boy", standard immortalisé par Nat King Cole
Autre vocaliste à ne pas manquer, la lumineuse Cécile McLorin Salvant, éblouissante sur scène, le 31 mars au Blanc-Mesnil, qui invite pour l'occasion Vincent Peirani, l'accordéoniste le plus en vogue ces temps-ci, déjà croisé sur la scène des Victoires du jazz en juin 2014.
Cécile McLorin Salvant et Vincent Peirani interprètent "Personne", le 13 juin 2014 au Parc floral de Vincennes, aux Victoires du Jazz
Une spéciale Roots Reggae
La 32e édition de Banlieues Bleues propose par ailleurs une soirée spéciale Roots Reggae, avec deux célèbres représentants du genre, le Jamaïcain Ken Boothe et le groupe de Bristol Black Roots, le 21 mars à Épinay-sur-Seine.
Black Roots : "Ghetto Feel" (2014)
Bowie et Berlin en fête
Côté rock, alors que David Bowie est à l'honneur à la Philharmonie, Banlieues Bleues y va aussi de son hommage par le biais du batteur britannique Dylan Howe (fils de Steve howe, guitariste de Yes) qui célèbre en quintet la période berlinoise du chanteur anglais, le 2 avril à Stains. Le même soir, l'Orchestre national de Jazz (ONJ), sous la direction d'Olivier Benoit, joue justement la partie berlinoise d'une ambitieuse suite européenne dans laquelle il s'est lancé.
L'ONJ d'Olivier Benoit joue "Révolution", extrait de "Europa Berlin", en concert à Mulhouse en novembre 2014 (soliste : Fabrice Martinez à la trompette)
Une ancienne de l'ONJ, la pianiste Eve Risser, propose de son côté un voyage du côté des canyons avec la création de son "White Desert Orchestra", le 24 mars à La Courneuve.
Eve Risser : teaser de "White Desert Orchestra"
Par ailleurs, deux artistes tunisiens de renom participent à Banlieues Bleues. D'abord, la chanteuse Dorsaf Hamdani, qui s'offre le défi de réunir Barbara et Fairouz sous la houlette de l'accordéoniste Daniel Mille, le 25 mars à Tremblay-en-France. Ensuite, le 16 avril à Clichy-sous-Bois, l'oudiste et vocaliste Dhafer Youssef jouera son envoûtant "Birds Requiem".
Dorsaf Hamdani : "Barbara-Fairouz" - le teaser
Banlieues Bleues 2015, c'est aussi le blues de Lucky Peterson (11 mars à Gonesse), le saxo électrique de Guillaume Perret (11 avril à Nanterre) ou le jazz sophistiqué des soufflants d'Art Sonic (dans une création le 17 mars à Paris)...

Le Brésil en clôture
La clôture de Banlieues Bleues 2015 sera brésilienne. Le 17 avril à Montreuil, deux générations cohabiteront. D'abord, une formation bien connue des brésilophiles parisiens, la Roda do Cavaco de Fernando Cavaco, joueur de cavaquinho et chanteur, qui restitue l'ambiance du pagode, moment de samba et de convivialité. Ensuite, un vétéran de la bossa nova, l'éminent pianiste João Donato, rare en France, lui succédera.
João Donato Trio : "Amazonas", sur scène en 1989, avec Luiz Alves (contrebasse) et Robertinho Silva (batterie)


Banlieues Bleues, du 20 mars au 17 avril 2015
Jazz en Seine-Saint-Denis (et un peu dans le Val-d'Oise)
Le programme et les infos ici (en trois pages)

Sampler des sons de Banlieues Bleues 2015

Dhafer Youssef : "Blending souls & shades (to Shiraz)", extrait de "Birds Requiem"