52ème Jazz à Juan: fréquentation quasi stable et soirée dance floor en clôture

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 22/07/2012 à 11H28
U.S. saxophonist Sonny Rollins performs during the 52nd International Jazz Festival 'Jazz a Juan' in Antibes Juan Les Pins, 

U.S. saxophonist Sonny Rollins performs during the 52nd International Jazz Festival 'Jazz a Juan' in Antibes Juan Les Pins, 

© Bebert Bruno/SIPA

La 52è édition de "Jazz à Juan" d'Antibes/Juan-les-Pins (Alpes-Maritimes) a attiré plus de 29.000 personnes, en quasi stabilité par rapport à 2011 (30.000) et s'est terminée samedi soir sur une note disco et r'n'blues avec les groupes Chic de Nile Rodgers et Kool & The Gang.

Keith Jarrett et son Trio, Gary Peacock (contrebasse) et Jack DeJohnette (batterie), s'étaient retrouvés la veille en leur jardin dans la pinède Gould pour la treizième année consécutive et pour un concert unique en France cet été. Ces personnages charismatiques et solistes d'exception incarnent la quintessence du trio piano-basse-batterie dans le paysage du jazz actuel, après plus de trois décennies d'osmose. Elégance, beauté, subtilité, lyrisme et romantisme, délicatesse dans le phrasé, souplesse dans les rythmes chargés de swing et jazz ludique sont autant de termes qui s'appliquent à leur prestation en deux sets et trois rappels, après autant de "standing ovations". Plus de deux heures d'un jazz parfait, inventif, créatif et recherché à travers une promenade dans de très nombreux standards comme "Tonight" et "Somewhere" composés par Leonard Bernstein pour la pièce "West Side Story", "All of You", "Bye Bye Blackbird", "When I Fall in Love" ou encore le toujours très émouvant et touchant "God Bless The Child" de la chanteuse Billie Holiday. Sans oublier deux compositions personnelles du leader. Ou l'art du trio simplement à son apogée.

Samedi soir, les groupes emblématiques des années 1970/1980, Chic, dirigé  par Nile Rodgers, et Kool and The Gang ont transformé la pinède Gould, pleine à craquer, en une immense piste de danse aux sons du disco et du rhythm'n'blues. Véritable usine à tubes, Nile Rodgers, qui a composé aussi bien pour Madonna ("Like A Virgin") que pour David Bowie ("Let's Dance") et la chanteuse française Sheila and the B. Devotion, a mis le feu pendant plus de 90 minutes en réinterprétant tous ses succès avec le groupe "Chic", pour le plus grand  bonheur de ses fans, rassemblés dans un hymne à la danse.

 

Même opération pour la formation Kool and The Gang, qui a effectué un  retour aux sources d'un rhythm'n'blues irrésistible, toujours version années 1970/1980, et a entraîné les quelque 3.000 spectateurs présents dans une  frénésie dansante absolument irrésistible.