Bruce Dickinson, chanteur d'Iron Maiden, vole au secours d'Air Djibouti

Par @Culturebox
Mis à jour le 04/08/2015 à 19H41, publié le 04/08/2015 à 19H34
Bruce Dickinson à une conférence à Santiago du Chili, le 28 mars 2014

Bruce Dickinson à une conférence à Santiago du Chili, le 28 mars 2014

© Jorge Cadenas / Epa / MaxPPP

La République de Djibouti, qui relance sa compagnie aérienne, en a confié la gestion au chanteur du légendaire groupe de hard-rock Iron Maiden, Bruce Dickinson, ont indiqué les autorités djiboutiennes.

Ancien escrimeur, homme de radio, écrivain, homme d'affaires, le chanteur fête ses 57 ans le 7 août. Il est devenu pilote de ligne dans les années 90, puis instructeur sur Boeing 757 et 737, et enfin patron de compagnie aérienne. Cet hiver, il a souffert d'un cancer de la langue. En mai, il a annoncé qu'il était guéri et préparait même un nouvel album avec Iron Maiden.

Iron Maiden : "Fear of the dark (flight 666)", live en Argentine

Air Djibouti a effectué lundi son premier vol depuis la mise en faillite de la compagnie en 2002, marquant la renaissance de cette compagnie aérienne étatique qui devrait reprendre le transport de passagers en novembre. Un avion cargo de type Fokker a effectué le vol inaugural entre Djibouti et Hargeisa (Somaliland) avec à son bord 6 tonnes de marchandises. D'autres vols sont prévus la semaine prochaine à destination des capitales du Kenya, du Soudan du Sud et de la Somalie.

Fondée en 1963, Air Djibouti, l'une des plus anciennes compagnies du continent africain, a été dissoute en 2002 après plusieurs années de mauvaise gestion. Relancée en mai dernier, la nouvelle compagnie aérienne reste une compagnie nationale, propriété de l'Etat, mais sa gestion a été confiée à la compagnie britannique Cardiff Aviation, dont le propriétaire n'est autre que Bruce Dickinson.

Cardiff Aviation assurera la gestion, la maintenance et la formation des personnels d'Air Djibouti. Petit État de la Corne de l'Afrique qui compte à peine plus de 870.000 habitants, Djibouti s'est lancé dans une politique de grands travaux, financés par des banques chinoises, avec la construction de deux nouveaux aéroports, six nouveaux ports maritimes et l'inauguration prévu à l'automne d'une ligne ferroviaire avec Addis Abeba.