Elles sont trois, trois guerrières urbaines, mélangeant les genres allégrement, et créant des hybrides : à l’afro-punk de Tamar-kali répond le funk-rap d’Invincible et de Jean Grae.

Ma première, Tamar-kali, alias la “hardcore-soul queen” de Brooklyn (voire la “Geechee Goddess Hardcore Warrior Soul”, du nom de son premier disque, et puisque sa famille fait partie des Geechee ou Gullah des îles de Caroline du Sud, ces rares Afro-Américains à avoir pu préserver de nombreux traits culturels d’outre-Atlantique), ne sait que parler d’amour et de révolution, et affiche sa férocité dans des assauts vocaux réputés cathartiques, pour ne pas dire extatiques.
Ma seconde, Invincible, est originaire de Detroit où elle s’est fait connaître comme une pasionaria de la justice sociale avec le collectif de hip-hop Anomolies, luttant pied à pied contre l’embourgeoisement de sa ville ou contre la colonisation en Palestine. Son rap est d’ailleurs souvent épicé de citations, de boucles, de samples tirés d’interviews avec les gens du commun, mais un commun qui se réinvente, avec les gens du peuple, mais un peuple qui se cherche.
Ma troisième, Jean Grae (alias Phénix, la super-héroïne des X-Men), est née à Cape Town, en Afrique du Sud, et ses parents ne sont autres que le pianiste Abdullah Ibrahim et la chanteuse Sathima Bea Benjamin. Mais si elle a choisi un tel nom de scène (après avoir eu celui de What? What? et avoir multiplié les expériences avec Natural Resource, Pumpkinhead, The Roots, Talib Kweli, The Herbaliser, Mos Def...), c’est pour mieux renaître de ses cendres et chauffer à blanc ses incisives paroles, comme sur Attack of the Attacking Things…

Mon tout, leur alliance, Born in Flames, en référence au film éponyme de 1983, une dérive sciencefictionnesque entre les classes, les races et les genres après la seconde révolution américaine, fait feu de toute musique pour déjouer les pressions exercées, jusque dans l’industrie musicale, sur les femmes, éventuellement noires de peau, éventuellement homosexuelles de moeurs, éventuellement phénomènes de foire dans la société du spectacle. Comme l’exprime Tamar-kali, plutôt que de “me sentir comme un requin sans dents, j’ai réalisé que je n’avais pas à me battre pour avoir le droit d’exister : j’existe, et c’est un fait.”

Distribution

  • Date 02 février 2012
  • Durée 1h 57min
  • Production Oléo Films
  • Réalisation Samuel Thiebaut
  • Formation Invincible – MC / Waajeed – DJ / Marika Hughes – violoncelle / Chris Eddleton – batterie / Jean Grae – MC / Mr Len – DJ / Tamar-Kali – direction, voix, guitare / Jérôme Jordan – guitare, voix / Thom Loubet – guitare / Jeremiah Hosea – basse, voix / Mark Robohm – batterie