Nobel de Littérature: Bob Dylan, un lauréat aux abonnés absents

Par @Culturebox
Publié le 17/10/2016 à 18H51
Le 29 mai 2012, Bob Dylan recevait  des mains d'Obama sa médaille présidentielle de la Liberté. Il n'avait pas dit un mot.

Le 29 mai 2012, Bob Dylan recevait  des mains d'Obama sa médaille présidentielle de la Liberté. Il n'avait pas dit un mot.

© Owen Sweeney/REX/SIPA

Depuis que le Nobel de Littérature lui a été décerné jeudi à la surprise générale, Bob Dylan est resté désespérément muet. Non seulement publiquement, mais aussi auprès de l'Académie suédoise qui a admis lundi avoir jeté l'éponge après avoir tenté en vain de le joindre ces derniers jours.

Viendra-t-il le 10 décembre recevoir son prix ?

"À l'heure actuelle nous ne faisons rien. J'ai appelé et envoyé des courriers électroniques à son collaborateur le plus proche, et obtenu des réponses très aimables. Pour le moment cela suffit tout à fait", a déclaré Mme Danius à la radio publique SR. "Je ne suis pas du tout inquiète, j'ai le sentiment qu'il va se manifester", a-t-elle assuré.

Les lauréats sont invités chaque année le 10 décembre à Stockholm pour recevoir leur prix des mains du roi de Suède et donner un discours lors d'un banquet. L'Académie suédoise ignore encore si Bob Dylan a l'intention de venir.  "S'il ne veut pas venir, il ne viendra pas. Ce sera une grande fête malgré tout et la distinction lui appartient", a expliqué la secrétaire perpétuelle.

Mick Jagger : "Bob est notre Walt Whitman"

Le chanteur américain a accueilli par le silence le prix qui lui a été décerné jeudi. Le soir même, il avait donné un concert à Las Vegas où il avait simplement chanté, sans rien dire à son public. Vendredi, il a joué au festival Desert Trip et est resté une fois encore bouche cousue.

Les Rolling Stones, qui se produisaient juste après lui vendredi, ont salué l'évènement, qui rejaillit d'une certaine façon sur tous les musiciens.

"Je voudrais remercier Bob Dylan pour son incroyable set", a déclaré sur scène Mick Jagger, rapporte Forbes. "Nous n'avons jamais partagé la scène auparavant avec un prix Nobel. Bob est notre propre Walt Whitman" (poète et humaniste américain du 19e siècle). Keith Richards a lui aussi eu un petit mot au micro : "félicitations à Mr Dylan pour l'ensemble de son oeuvre. Je ne vois pas qui d'autre l'aurait davantage mérité."

Leonard Cohen a eu la meilleure formule

Mais c'est l'immense Leonard Cohen qui a eu mine de rien la meilleure explication du silence radio de Bob Dylan. A Los Angeles jeudi soir où il célébrait la sortie de son nouvel album, il a estimé devant la presse que la remise du Nobel au musicien et poète, revenait "à épingler une médaille sur le Mont Everest pour le reconnaître comme la plus haute montagne."