Neil Young plus que jamais militant dans son 40e album solo "Peace Trail"

Par @Culturebox
Mis à jour le 09/12/2016 à 09H19, publié le 09/12/2016 à 08H54
Neil Young en concert le 23 octobre 2016 à Mountain View, Californie. 

Neil Young en concert le 23 octobre 2016 à Mountain View, Californie. 

© Amy Harris/AP/SIPA

Le géant canadien du folk-rock Neil Young reste à 71 ans fidèle à ses racines militantes en plaidant pour l'environnement et le respect des droits des Amérindiens sur son 40e album studio en solo, "Peace Trail", qui sort vendredi.

Le disque s'ouvre avec un titre éponyme qui pourrait bien rejoindre la cohorte des grands classiques du rockeur mais avec un ton plus mélancolique qu'accusateur. "Le monde est empli de changements/Parfois ces changements me rendent triste/Mais je continue de planter des graines jusqu'à ce que quelque chose de nouveau pousse", chante-t-il d'une voix douce.
Can't Stop Workin' | Neil Young - Peace Trail
Enregistré dans les studios du producteur Rick Rubin, près de Los Angeles, "Peace Trail" laisse place à des sonorités largement épurées, Neil Young se tournant vers la guitare sèche pour accompagner sa posture décomplexée de chanteur militant. Longtemps défenseur des droits des Amérindiens, Neil Young soutient sur "Indian Givers" la lutte des Sioux de Standing Rock qui s'opposent au passage d'un oléoduc sur leurs terres dans les grandes prairies du nord des Etats-Unis, craignant qu'il ne menace leurs sources d'eaux. "Nous sommes tous ici pour lutter contre les eaux vénéneuses", chante-t-il.

Touchant encore au coeur de l'actualité, le Canadien dénonce également les soupçons pesant sur les immigrés avec "Suicide Terrorist Hang Gliders", chanson folk animée par des décharges de guitare électrique. L'album se referme sur "My New Robot", bref titre qui s'ouvre sur le célèbre harmonica de Neil Young avant l'irruption de voix informatisées, soulignant sa critique des nombreux gadgets qui peuplent la société de consommation. 

Toujours aussi productif, Neil Young avait déjà sorti cette année "Earth", un disque live aux accents également militants. "Je ne peux pas m'arrêter de travailler, parce que j'aime travailler quand rien d'autre ne se passe", chante-t-il sur "Peace Trail". "C'est mauvais pour le corps, mais c'est bon pour l'âme".