Tournée française de Neil Young : des ballades folk et écolos qui séduisent le public de Lille

Par @Culturebox
Publié le 14/06/2016 à 15H02
Neil Young au Zénith de Lille le 13 juin 2016.

Neil Young au Zénith de Lille le 13 juin 2016.

© Christophe Lefebvre/PHOTOPQR/VOIX DU NORD/MAXPPP

A 70 ans passés, Neil Young a régalé pendant deux heures et demi quelque 7.000 fans lillois de ballades folk et d'envolées rock, lundi soir le 13 juin, pour le premier concert de sa tournée en France qui se termine le 23 juin à Paris.

En parfaite harmonie avec les membres de Promise of the Real qui l'accompagnaient (deux guitaristes, un bassiste, un batteur et un percussionniste), le géant du folk, du country et du rock a conquis d'emblée la salle en renouant avec ses succès des années 1970.

Recherche de sonorités nouvelles

"After the gold rush", "Harvest", "The needle and the damage done" et d'autres titres poétiques pour commencer : au piano comme à la guitare sèche, l'artiste canadien a fait la preuve qu'il n'a rien perdu du charme fou de sa voix chaleureuse et enveloppante.

La suite a été très rock, avec de très longs morceaux où Neil Young est venu rappeler qu'il faisait partie des tout meilleurs guitaristes de la planète rock. L'occasion de mesurer à quel point ce musicien est, constamment, en recherche de sonorités, d'arrangements et d'enchaînements qui assuraient, sans  pause, la transition d'une composition à une autre.

Propos écolo

Avec des jeux de scène très classiques, sans recherche d'effets, il a mêlé de vieux tubes ("Alabama", "Words", "Walk on") à des compositions plus récentes, comme l'inédit "I won't quit" ("je ne renoncerai pas"). Cette chanson aux accents militants - Neil Young est très impliqué dans le combat écologiste - est l'un des 13 morceaux de son dernier album live, "Earth" ("Terre"), qui sort le 24 juin et assemble des titres déjà présents sur d'autres albums.

Ses longs cheveux gris coiffés d'un chapeau de feutre, Neil Young arborait d'ailleurs un tee-shirt noir d'où se détachaient en lettres blanches le mot "Earth". L'irruption sur la scène d'hommes vêtus de combinaisons d'un blanc immaculé, des pieds à la tête, mimant l'épandage de pesticides, est venue rappeler le combat du Canadien contre la firme Monsanto, à laquelle il a consacré un album ("The Monsanto years", 2015).

Son dernier concert en France remontait à 2015, à Colmar. Les prochaines étapes de la tournée de l'auteur, compositeur et interprète : Lyon, Marseille, Toulouse puis Paris le 23 juin.

Neil Young & Promise of the Real
Le 15 juin à 20H à la Halle Tony Garnier à Lyon 
Le 16 juin à 20H au Dôme de Marseille
Le 21 juin à 20H au Zénith de Toulouse
Le 23 juin à 20H à l'Accor Hôtels Arena à Paris