Les Cowboys Fringants : un ouragan québécois à l'Olympia

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/04/2017 à 20H01, publié le 06/04/2017 à 18H27
Karl Tremblay leader des "Cowboys Fringants"

Karl Tremblay leader des "Cowboys Fringants"

© France 3 / Culturebox

Les Cowboys Fringants sont en France pour trois concerts. Ce quatuor québécois, très marqué par Renaud, est un groupe star qui remplit les salles au Canada avec un style qui mélange habilement country, rock et même punk ! Eric Cornet et son équipe ont assisté à leur premier concert à l'Olympia remplit de fans français enthousiastes.

Ils sont quatre, un peu loufoques et montés sur ressorts. Depuis plus de vingt ans, les Cowboys Fringants mobilisent les foules avec leurs chansons. De petites salles locales au Québec à l’Olympia de Paris, le quatuor québécois voyage toujours sur "Les Routes du Bonheur" (le titre de leur premier succès).

Reportage : France 3 - E. Cornet / A. Berthiau / L. Calvy / M. Guillotteau

Alors qu’ils ont commencé à deux, Karl Tremblay et Jean-François Pauzé, musiciens novices, ont été rapidement rejoints par Marie-Annick Lépine, violiste. Le trio fait ses débuts lors de concours amateurs, mais très vite, ils sont soutenus par une communauté de fans qui les incitent à voir plus grand.

Ils décident alors de s’entourer d’un bassiste qui n’est autre que le cousin de Marie-Annick. Avec plus de 800 000 albums vendus à travers le monde, les Cowboys Fringants sont aujourd’hui connus de toute la Francophonie. Leurs fans français sont toujours plus nombreux. C'est pourquoi le quatuor québécois a choisi de donner trois concerts en France, dont deux à l’Olympia de Paris les 5 et 6 avril, et le troisième à la Halle Tony Garnier de Lyon le 8 avril. Leur succès, ils le doivent à leurs fans, qui véhiculent, partagent et font découvrir leurs chansons. Marie-Annick "pense que le plus beau réseau de diffusion c’est le bouche à oreille entre amis."

Extrait du concert et interview "Les fans"

Entre musique traditionnelle, textes engagés et country revisitée, le groupe se fait très vite un nom au Québec. Qu’on dise qu’ils s’inscrivent dans un courant de rock alternatif, de punk, ou encore de variété québécoise, les Cowboys Fringants s’en moquent. Ils écrivent leurs chansons en fonction de ce qui les touche, ce qui les révolte, ce qui les émeut. "On a déjà été catalogué un peu funk/punk, quelques connotations de folklore québécois, de country, de rock. […] Dans nos inspirations il y a beaucoup de groupes et de chanteurs français. Renaud par exemple, a été pour nous très marquant", explique Jérôme Dupras.

Extraits du concert et interview "Notre fondation au service de l'environnement"

"Je suis maintenant le dernier homme sur terre"

S’ils osent parler de tout, ils ont cependant des valeurs qu’ils défendent plus que n’importe quelles autres comme l’écologie. Convaincus de la nécessité de préserver l’environnement, les Cowboys Fringants s’engagent à reverser, pour chaque billet de concert acheté, un euro pour replanter des arbres au Québec. Dans leur chanson "Plus Rien", ils dépeignent un monde pillé de toutes ressources d'où toute humanité aurait disparue. Les paroles sont éloquentes : "Tout ça a commencé il y a plusieurs années / Alors que mes ancêtres étaient obnubilés / Par des bouts de papier que l'on appelait argent / Qui rendaient certains hommes vraiment riches et puissants / Et ces nouveaux dieux ne reculant devant rien / Étaient prêts à tout pour arriver à leur fins / Pour s'enrichir encore ils ont rasé la Terre / Pollué l'air ambiant et tari les rivières". 


A l’Olympia de Paris les 5 et 6 avril.
A la Halle Tony Garnier de Lyon le 8 avril.