Fête de la musique au Liban : comme une réponse aux horreurs de la guerre

Par @Culturebox
Mis à jour le 22/06/2016 à 16H49, publié le 22/06/2016 à 12H04
Beyrouth enfants syrien © PATRICK BAZ / AFP

Créée en 1982 par Jack Lang, la Fête de la Musique s'exporte aujourd'hui dans le monde entier. Accueillant aujourd'hu plus d'un million de réfugiés syriens, le Liban inscrit la musique comme un message d'espoir et de communion pour les peuples en exil. A l'occasion de la 16e édition libanaise de l’événement, l'ancien ministre de la culture était sur place pour célébrer la vie et le courage.

C'est le plus grand rendez-vous musical du moyen-orient : chaque année la fête de la musique rassemble des milliers de mélomanes au Liban. Pays d'accueil des réfugiés syriens qui ont fui la guerre, Beyrouth et les grandes villes du pays ont résonné de toutes les musiques du monde.

Jack Lang, instigateur du concept, était à Beyrouth pour saluer la générosité et l'accueil des libanais. "Ce peuple libanais fait cette fête pour dire on vit, on se bat et on veut s'assembler et ne plus se diviser", assure l'ancien ministre de la Culture au coeur de la fête de la capitale libanaise. 

Reportage : S. Sadone / A. Delcourt / J. Le Roux

 

Lorsqu'il crée le concept en en 1982 en France sous le mandat de François Mitterrand, Jack Lang n'imaginait sans doute pas que la  fête de la musique prendrait une telle tournure internationale. Le président de l'Institut du Monde Arabe se réjouit que cette communion d'esprit puisse faire de la musique un rempart face à la violence. Jack Lang en a la conviction, "il n'y a rien de plus fort que la musique pour susciter ces moments de respect, de vivre ensemble.", déclarait-il dans une interview à Métronews le 20 juin dernier.

Réfugiés mais debout

Depuis 2011, près de 2 millions de Syriens ont trouvé refuge au Liban. Le petit pays voisin dont la superficie n'excède pas 10 452 km² a recueilli les peuples en exil dès le début du conflit. Sur le terrain, les organisations humanitaires ont construit des camps afin d'installer les familles. Petit à petit, un semblant de vie quotidienne s'est établi.
 

Famille syrienne dans le camp de Bar Elias

Famille syrienne dans le camp de Bar Elias

© France 3 / Culturebox


Chaque semaine depuis deux ans, la chorale de Bar Elias de  L'école pour les enfants met à l'unisson les 165 petites voix d'une jeunesse déracinée. 
 

Apprendre des chansons joyeuses ça nous aide à dépasser la souffrance et grâce à cela on se remémore des bons souvenirs de Syrie

Inas - Réfugiée syrienne


Sur la plaine de la Békaa, à la frontière syrienne, le petit Ahmad ne raterait pour rien au monde une répétition. 

Là-bas il y a la guerre, les gens s'entretuent, mais ici je suis comme dans un autre monde, la chorale me fait oublier toutes les horreurs que j'ai vues.

Ahmad
 
Depuis 16 ans, la fête de la musique est le plus grand rendez-vous musical du moyen-orient

Depuis 16 ans, la fête de la musique est le plus grand rendez-vous musical du moyen-orient

© France 3 / Culturebox