Festivals d'été en France : une vraie bonne affaire !

Par @Culturebox
Mis à jour le 21/07/2014 à 15H28, publié le 21/07/2014 à 14H21
Le public au festival des vieilles charrues © Reuters

Tout l'été, de nombreuses communes de France organisent leur festival. Jazz, opéra, théâtre ou rock... Autant de manifestations dont la vocation culturelle initiale fait fructifier les économies locales.

Lancé en 1981, "Jazz à Vienne" et sa programmation éclectique attire chaque année un public nombreux. Pour cette 34e édition, malgré une météo capricieuse, le public a répondu présent sur l'ensemble des scènes. En deux semaines, 75 000 personnes se sont pressées au théâtre antique pour assister aux différents concerts. En 30 ans d'existence, "Jazz à Vienne" est devenu une énorme machine qui rapporte aujourd'hui 5 millions d'euros de chiffre d'affaire. Une belle retombée économique pour les commerçants de cette ville du Rhône, d'à peine 30 000 habitants. 

Reportage : Françoise Vallet- Hisam Rami 

Les Francos riment avec banco
Même si ce n'est pas la ville elle-même qui l'organise, les "Francofolies de la Rochelle" est un autre festival très rentable. Les francos réunissent plus de 100 000 spectateurs, emploient 12 permanents et près de 500 saisonniers pour un budget de 4 millions d'euros. Organisé par une entreprise spécialisée dans l'événementiel, les Francos drainent une demi-douzaine de sponsors privés. Les festivals sont donc tributaires du public pour s'en sortir sur le plan économique.

Les Vieilles Charrues dépendent  à 80% du public et à 20% de ses partenaires financiers. Après une année 2013 dans le rouge à cause d'un tassement de la fréquentation, les Vieilles Charrues se sont remises dans le vert pour cette 23e cuvée. Au total, 225 000 festivaliers pour 175 000 entrées payantes. L'effet Stromae y est pour quelque chose ! Le Festival de Carhaix peut donc regarder l'avenir avec confiance.