Explosion lors d'un concert d'Ariana Grande à Manchester : 22 tués, 60 blessés

Par @Culturebox
Mis à jour le 23/05/2017 à 15H24, publié le 23/05/2017 à 06H47

22 personnes ont été tuées et 59 autres ont été blessées lundi dans une salle de Manchester au Royaume-Uni lors d'un concert pop où venait de se produire la chanteuse pop américaine Ariana Grande. L'attentat s'est produit alors que le jeune public commençait à sortir de la salle. Des enfants figurent parmi les premières victimes.

La police de Manchester a expliqué mardi être intervenue lundi soir vers 22h30 (21h30 GMT) après avoir reçu des informations faisant état d'une déflagration à la Manchester Arena, une immense salle de concert où se produisait la chanteuse américaine Ariana Grande devant un public majoritairement composé d'enfants et d'adolescents.  

Une spectatrice a déclaré à Reuters avoir ressenti une énorme déflagration alors qu'elle quittait l'enceinte. Dans les instants qui ont suivi, la foule s'est mise à crier et à courir pour s'échapper.  "Nous étions en train de partir et nous venions d'atteindre la porte lorsqu'une énorme explosion s'est produite, tout le monde s'est mis à crier", a déclaré à Reuters Catherine Macfarlane, une des spectatrices. "C'était une énorme explosion, vous pouviez la ressentir dans votre poitrine. Cela a provoqué un chaos, tout le monde courait, criait et cherchait tout simplement
à partir."

Récit : D.Lefort

L'émotion d'Ariana Grande

 Ariana Grande est indemne, a déclaré un de ses porte-parole. Dans un message diffusé sur Twitter, la chanteuse a écrit : "Brisée. Du fond de mon coeur, je suis tellement, tellement désolée. Je n'ai pas de mot."

Inaugurée en 1995, la Manchester Arena a une capacité de 21.000 spectateurs, selon son site internet. Elle revendique le statut de plus grande de spectacle couverte d'Europe.

Attentat sucide

A moins de trois semaines des élections législatives anticipées du 8 juin, la Première ministre Theresa May a déclaré que ses pensées allaient aux victimes et à leurs familles. "Nous travaillons pour déterminer le déroulement exact de ce qui est considéré par la police comme une attaque terroriste ignoble", a-t-elle dit dans un communiqué. Dans la foulée, la chaîne de télévision Sky News rapportait que le Parti conservateur avait décidé de suspendre sa campagne électorale. 

L'incident n'a pas été revendiqué, mais deux sources américaines ont immédiatement dressé un parallèle avec les attaques commises en novembre 2015 à Paris dans lesquelles 130 personnes ont péri. Les deux responsables américains qui s'exprimaient sous le sceau de l'anonymat ont évoqué la piste de l'attentat suicide. "Le choix de l'enceinte, le moment et les modalités de l'attaque laissent tous entendre qu'il s'agit d'un acte terroriste", a expliqué une de ces sources.

Sur internet, des partisans de l'organisation Etat islamique ont salué ce qu'ils espèrent être une attaque commise par l'un des leurs et jugé qu'il s'agissait de représailles aux bombardements auxquels la Grande-Bretagne participe en Syrie et en Irak.

Des dizaines d'adolescentes criant et courant pour quitter les lieu du drame

Paula Robinson, 48 ans, se trouvait à une gare située près de la Manchester Arena lorsqu'elle a ressenti une explosion et vu des dizaines d'adolescentes crier et courir pour quitter les lieu du drame.  "Nous avons couru", a-t-elle raconté à Reuters. Elle a ensuite emmené des dizaines d'adolescentes dans un hôtel des environs avant de diffuser sur Twitter son numéro de téléphone afin de rassurer les parents des jeunes filles.

"On a écouté la dernière chanson et soudain, il y a eu comme un flash avec un bang et puis de la fumée", a raconté à la BBC Gary Walker, de Leeds, venu avec sa femme pour attendre leur filles à la sortie du concert. M. Walker a dit avoir été blessé au pied par un éclat de métal et sa femme a été blessée à l'estomac.

"Tout le bâtiment a tremblé

Elena Semino, qui attendait sa fille de 17 ans au guichet de vente des billets au moment de l'explosion et a elle-même été blessée, a raconté au Guardian: "J'ai senti une forte chaleur dans mon cou et quand j'ai levé la tête, il y avait des corps partout".

Selon la police des transports de Manchester, l'explosion s'est produite dans le foyer du stade qui abrite la salle de concerts. Un point qu'a confirmé Emma Johnson à la BBC: "Nous étions en haut des escaliers avec mon mari, venus attendre nos filles, et la vitre a explosé. C'était près de l'endroit où ils vendent des souvenirs. Tout le bâtiment a tremblé".

Dans la salle même, "tout le monde paniquait, ça poussait dans les escaliers", a déclaré Isabel Hodgins (bien: Hodgins) à la chaîne de télévision Sky News. "Le couloir était plein de monde, il y avait une odeur de brûlé, il y avait beaucoup de fumée pendant qu'on sortait", a-t-elle dit.

Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière commise sur le sol britannique depuis les attentats commis en juillet 2005 dans les transports publics londoniens et dans lesquels 52 personnes ont péri.  Le drame s'est produit après l'attaque commise en mars dernier dans le quartier de Westminster lors de laquelle un Britannique converti à l'Islam avait tué quatre personnes en les percutant avec son véhicule avant de poignarder un policier à mort.