Succès du "Printemps solidaire" à Paris mêlant concerts et appels à la solidarité

Par @Culturebox
Mis à jour le 17/04/2017 à 18H13, publié le 17/04/2017 à 08H35
L'artiste Naaman en concert lors du "Printemps solidaire", le 16 avril 2017

L'artiste Naaman en concert lors du "Printemps solidaire", le 16 avril 2017

© ALAIN JOCARD / AFP

Défendre une France "ouverte sur le monde et sur les autres" : à une semaine de la présidentielle, 500.000 participants, selon les organisateurs, ont assisté dimanche à une manif-concert gratuite sur les Champs-Elysées avec des dizaines d'artistes sur des scènes mobiles dont les chanteurs -M- et Féfé.

Cette opération "Printemps solidaire" a mobilisé les artistes The Avener, Patrice, FFF, Naive New Beaters, Naâman ou le groupe Motivés, une émanation de Zebda. Dix scènes mobiles accueillaient 30 concerts.

Reportage : G. Darengosse, P. Pachoud, S.Sonder


"Plus de 500.000 personnes se sont rassemblées sur les Champs-Elysées pour appeler à plus de solidarité", se sont félicités les organisateurs, saluant "cette manifestation de la société civile". Ils tablaient au départ sur deux fois moins de participants. Pour faire face à l'afflux de spectateurs, plusieurs stations de métro ont été fermées dimanche aux abords des Champs-Elysées et un important dispositif de sécurité mis en place, avec des rues interdites à la circulation.
Manif-concert gratuite "Printemps solidaire" sur les Champs-Elysées, le 16 avril 2017

Manif-concert gratuite "Printemps solidaire" sur les Champs-Elysées, le 16 avril 2017

© ALAIN JOCARD / AFP
"Si nous sommes tous là aujourd'hui, c'est pour faire entendre la voix de la solidarité", a affirmé à l'AFP Luc Barruet, porte-parole de "Printemps solidaire" et directeur fondateur de Solidarité-Sida, qui organise chaque année les Solidays. "Nous ne voulons plus d'élus qui manquent d'intégrité ou de courage politique, nous ne voulons plus d'élus qui ne tiennent pas leurs engagements ou ceux de la France", a-t-il lancé.

Solidarité internationale : la France ne respecte pas ses engagagements

A une semaine du premier tour de l'élection présidentielle, les organisateurs souhaitaient interpeller les candidats "sur leurs responsabilités face aux inégalités et à la détresse humaine". "Printemps solidaire" avait pour objectif de rappeler que la France n'a pas respecté ses engagements en matière de solidarité internationale, contrairement au Royaume-Uni, au Danemark ou à la Norvège. "Voilà plus de 40 ans que la France s'est engagée à consacrer 0,7% de sa richesse à la solidarité internationale et au développement. Aujourd'hui, nous en sommes péniblement à 0,37%", a déploré Solidarité-Sida. Sur place, des ballons de couleur ont d'ailleurs été distribués avec pour mention "faites de l'année 2017 celle du 0,7", a constaté un journaliste de l'AFP.

Selon une étude Harris Interactive après des 18-35 ans commandée par l'association et publiée vendredi par BFMTV, 7 jeunes sur 10 estiment que la lutte contre l'extrême pauvreté dans le monde devrait être au coeur de l'action diplomatique française (réalisée du 13 au 17 mars, sur un échantillon représentatif de 1.020 personnes). 

L'association défend plus largement "l'idée d'une France ouverte sur le monde et sur les autres, face à la tentation du repli et la montée des populismes". Elle a lancé un appel en ligne, qui a récolté jusqu'ici plus de 70.000 signatures.

Un grand "meeting-concert" sur l'esplanade des Invalides sera organisé le samedi 22 avril, veille du 1er tour de l'élection présidentielle. Un autre meeting-concert a été annoncé pour le 17 septembre place de la Concorde.

Alerte résultats de la présidentielle 2017
M'alerter dès que les résultats seront publiés !