Queen s'insurge contre l'utilisation de "We Are the Champions" par Donald Trump

Par @Culturebox
Mis à jour le 19/07/2016 à 20H58, publié le 19/07/2016 à 20H30
Freddie Mercury, leader emblématique du groupe "Queen" et mort en 1991

Freddie Mercury, leader emblématique du groupe "Queen" et mort en 1991

© DB / DPA / AFP

Le groupe de rock Queen a dénoncé ce mardi sur twitter l'utilisation de sa célèbre chanson "We Are the Champions" par Donald Trump lors de la convention républicaine qui s'est tenue la veille au soir.

La réaction des intéressés ne s'est pas faite attendre. "Une utilisation non autorisée à la convention républicaine contre notre volonté", a dénoncé un tweet du groupe de rock britannique "Queen", scandalisé que Donald Trump, candidat républicain déclaré à l'élection présidentielle américaine, utilise sa mythique chanson et ce, malgré ses réserves.

Le célèbre air à peine joué, les réseaux sociaux ont été pris d'assaut pour se moquer de ce choix d'une chanson écrite en 1977 par un musicien gay ( Freddie Mercury, décédé des complications liées au sida) par un parti qui défend avec ardeur les valeurs familiales et conservatrices, s'oppose au mariage gay, et a en général peu de sollicitude pour les homosexuels. "Si votre parti politique a traité les gays comme citoyen de seconde zone pendant des décennies, devinez quoi: vous ne pourrez pas jouer la musique de  Freddie Mercury à votre convention", avait lancé le chanteur Adam Lambert, qui a fait des tournées avec Queen et ne fait pas mystère de son homosexualité.

Queen : "We are the Champions" (1977)

Trump, récidiviste

Ce n'est pourtant pas le premier avertissement. En juin déjà, le guitariste Brian May avait souligné que Queen ne "donnerait jamais la  permission" de le faire, ni à Trump ni à aucun autre politique. Mais les membres du groupe star ne sont pas les seuls artistes à vouloir forcer le candidat républicain à changer sa playlist. Adele, les Rolling Stones, R.E.M et Neil Young ont aussi demandé au populiste, qui deviendra mardi officiellement le candidat du parti républicain à la Maison Blanche, de cesser d'utiliser leurs œuvres.