Le Printemps du Tango : fougue, passion et bribes d'Argentine à Mulhouse

Par @Culturebox
Mis à jour le 31/05/2013 à 10H50, publié le 31/05/2013 à 10H21
Danseurs de Tango au Festival d'Avignon

Danseurs de Tango au Festival d'Avignon

© GERARD JULIEN / AFP

Jusqu'au 2 juin, la ville de Mulhouse va vibrer au son de la culture argentine. Pour sa première édition, Le Printemps du Tango veut marquer les esprits et faire découvrir aux Mulhousiens des modes de vie et de pensée radicalement différents. Entre danse, musique, littérature, dégustations de mets argentins et de vin gorgé de soleil, concerts et ateliers, c'est toute la ville qui sera en liesse.

Pour sa première édition, Le Printemps du Tango joue la carte de la diversité. Il faut dire que Toulouse, la ville rose, a déjà lancé il y a bientôt 5 ans son Festival international de Tango argentin, qui se déroulera en juillet prochain. Le but n'était donc pas d'attirer uniquement les chevronnés du Tango et les inconditionnels de la culture argentine mais de convier tous les habitants autour de l'idée de partage.

Quatre jours de festivités et une quinzaine d'évènements pour beaucoup gratuits permettront à tous les curieux de se familiariser avec les us et coutumes faisant partie intégrante de la vie de nos amis d'Amérique du Sud. 

Reportage de S. Mallauran, J. Roché, M-E. Beauclair  

De nos jours, il est devenu ridicule d'assimiler le Tango à une danse de salon lancinante réservée à un parterre d'aristocrates. Le terme "Tango" recèle en réalité trois formes musicales : tangos, milongas et valses. Une même base, mais des pas différents qui permettent aux danseurs expérimentés d'improviser au fil de la musique et de varier ainsi les plaisirs. A noter que les milongas désignent aussi l'endroit où l'on se retrouve pour danser le tango tous ensemble. Certains endroits autorisent même l'échange des partenaires sur les mélodies du bandonéon, sorte d'accordéon qui servait traditionnellement à l'accompagnement des danseurs. 

Le tango argentin n'est pas figé. Il ne cesse d'évoluer et fait de plus en plus d'émules à travers le monde. Né à la fin du XIXe siècle à Buenos Aires, c'est à la base une danse sociale et populaire teintée d'un certain érotisme. Technique et précision sont de mise pour suivre le tempo. Mais c'est avant tout la passion qui habite les danseurs qui permet au Tango de dépasser la simple danse de salon formatée pour s'élever à un autre niveau.

Le Tango, c'est l'âme de l'Argentine, son essence et sa force. Les corps glissent et s'entremêlent pour atteindre une parfaite osmose. Laissez vous surprendre par cette petite démonstration de Tango "acrobatique" qui, j'en suis convaincu, vous en mettra plein les mirettes ...

Deborah Quiroga and Carlos Barrionuevo au championnat du monde du Tango à Buenos Aires en 2006

Pour plus d'informations, consultez le site du Printemps du Tango.