Le chanteur juif Matisyahu déprogrammé : le festival s'excuse et fait volte-face

Par @Culturebox
Mis à jour le 19/08/2015 à 17H23, publié le 19/08/2015 à 11H40
Matisyahu au Stella Artois Village, à Park city, le 18 janvier 2014

Matisyahu au Stella Artois Village, à Park city, le 18 janvier 2014

© JASON KEMPIN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Les organisateurs du festival de reggae Rototom Sunplash, en Espagne, se sont publiquement excusés mercredi d'avoir annulé le concert du chanteur américain d'origine juive Matisyahu, et lui ont proposé de se produire samedi 22 août comme prévu. Leur décision de le déprogrammer, annoncée le 17 août, avait provoqué de vives réactions.

"Le Rototom Sunsplash (...) présente ses excuses les plus sincères à Matisyahu", et "reconnaît son erreur, fruit du boycott et d'une campagne de pressions, menaces et contraintes exercées par BDS (Boycott Desinvestment Sanctions, un lobby pro-palestinien)", ont écrit les organisateurs dans un communiqué.

Les organisateurs affirment par ailleurs rejeter "l'antisémitisme et tout type de discrimination religieuse" et "respecter la communauté juive". Ils invitent le chanteur de reggae de 36 ans, ancien membre du mouvement hassidique Loubavitch, "à monter sur scène le samedi 22, comme prévu initialement au programme".

L'ambassade d'Israël à Madrid avait dénoncé une "censure idéologique", alors que le gouvernement espagnol avait condamné cette interdiction, l'artiste concerné se disant de son côté victime de pressions.

Matisyahu, chanteur de reggae de 36 ans, est programmé samedi au festival Rototom SunSplash, qui se tient du 15 au 22 août dans la ville balnéaire de Benicassim, près de Valence. Après être revenus sur leur décision d'annuler son concert, les organisateurs ont expliqué mercredi avoir été influencés par une association pro-palestinienne.

Une mobilisation contre le chanteur sur les réseaux sociaux

La section locale de la campagne mondiale non-gouvernementale BDS, qui se définit elle-même comme une "campagne contre la colonisation et l'apartheid de l'occupation israélienne" des territoires palestiniens, avait lancé le 9 août une offensive sur les réseaux sociaux, demandant au festival qu'il exige du chanteur une condamnation publique de la colonisation.

Sur twitter, BDS crie "victoire" en catalan

Matisyahu, qui faisait partie jusqu'en 2011 du mouvement hassidique Loubavitch, portant la barbe noire des juifs religieux, "a dirigé récemment des festivals sionistes, a reconnu aimer Israël et est arrivé à affirmer que 'la Palestine n'existe pas'", dénonçait BDS.

"Sa présence aurait généré un conflit"

Expliquant leurs motivations à cette déprogrammation, les responsables du festival avaient déploré avoir "rencontré deux extrémismes : d'un côté une association qui n'entend pas raison (...) et de l'autre côté un artiste qui, face à notre simple (et légitime) demande de condamner la guerre comme solution pour résoudre (n'importe quel) conflit n'a pas répondu à plusieurs reprises".

"Nous n'avons pas dit non à Matisyahu parce qu'il est juif ou sioniste. Nous avons simplement considéré comme inadéquat de l'accueillir alors que sa présence aurait généré un conflit, sans aucune possibilité de dialogue", avait expliqué le directeur du festival sur la page Facebook de Rototom SunSplash.

"Je suis pour la paix et la compassion, pour tous les peuples. Ma musique parle pour elle-même, et je n'y parle pas de politique", avait alors répondu Matisyahu dans la revue américaine Rolling Stone puis sur Facebook. "Le festival a insisté pour que je précise mes opinions personnelles, ce que j'ai ressenti comme une pression assez claire pour que j'appuie l'agenda politique de BDS".

 

"The festival organizers contacted me because they were getting pressure from the BDS movement. They wanted me to write...

Posted by Matisyahu on Monday, August 17, 2015



Dans un communiqué, l'ambassade d'Israêl à Madrid avait condamné "sans appel l'annulation du concert de  Matisyahu, décidée pour des raisons de censure idéologique à connotation antisémite".

Le ministère espagnol des Affaires étrangères avait apporté son soutien au chanteur : "Exiger une déclaration publique de lui seul est une façon d'agir qui viole sa conscience et qui, si elle a été déterminée par l'identité juive de Matisyahu, remet en cause le principe de discrimination."

"L'Espagne réitère son opposition aux campagnes de boycott contre Israël, tout comme elle réaffirme sa position ferme en faveur d'une solution négociée du conflit" israélo-palestinien, a déclaré le ministère dans un communiqué.