De Boby Lapointe à Ravi Coltrane :du rythme et du blues à Jazz sous les pommiers

Par @Culturebox
Publié le 09/05/2013 à 14H28
C.J Chenier au festival "Jazz sous les pommiers" 2013

C.J Chenier au festival "Jazz sous les pommiers" 2013

© Capture d'écran Culturebox

Jazz sous les pommiers, depuis le 4 mai, fait swinger la petite ville de Coutances à un rythme effréné. Les artistes se succèdent pour partager leur passion de la musique avec un public toujours au rendez-vous et avide de nouvelles expériences. Un hommage au grand Boby Lapointe et une mémorable soirée blues viennent de s'achever dans une atmosphère chaleureuse. La maman des poissons et que du bon.

Entre salles de concerts pleines à craquer et spectacles en plein air, le festival "Jazz sous les pommiers" 32e édition bat son plein. Cinq concerts affichaient complet hier et 13 autres spectacles feront salle comble jusqu'à la fin du festival, preuve d'un véritable engouement d'un public jamais rassasié. 

Il faut dire qu'entre l'hommage à Boby Lapointe par Jean-Marie Machado et André Minvielle et la soirée blues, on ne savait plus où donner de la tête.  Tour d'horizon de deux jours de festival qui devraient rester dans les mémoires de tous les passionnés de jazz, où l'éclectisme de la programmation a permis de belles découvertes. 

Reportage de H. Jacques, P-M. Puand, C. Lefrançois, J-M Guillaud, A. Soléau
Hommage à Boby Lapointe

Boby Lapointe a su créer un univers à part loin de toutes normes, tant dans ses textes que dans sa créativité musicale. Mort en 1972 à la suite d'un cancer, il aura laissé sur le paysage musical français une empreinte à l'épreuve du temps. Ces textes remplis de jeux de mots, de calembours et de contrepètries sont restés célèbres et on les fredonne encore de nos jours. "La maman des poissons", "L'hélicon", "La banane anana" continueront encore longtemps à nous insufler une bonne dose de bonne humeur. Boby Lapointe a même collaboré à quelques films comme "Tirez sur le pianiste" en tant qu'acteur et compositeur. 
Clip "La maman des poissons" de Boby Lapointe (1969)
Les bluesmen investissent la scène

Démarrage en douceur mardi soir avec les "Heritage Blues Orchestra" et leurs mélodies envoûtantes qui trouvent leurs racines entre La Nouvelle-Orléans, berceau du blues, Chicago et les routes rocailleuses du sud. Les bluesmen américains Ravi Coltrane (fils de John Coltrane) et C.J Chenier (chanteur et accordéoniste)  ainsi que le français Sylvain Beuf accompagné de son électrique et excentrique quartet étaient aussi de la partie. 

Aux alentours de minuit, les spectateurs ont pu écouter Nicolas Repac, le guitariste bidouilleur. Après un travail de 4 ans sur le projet "Black box" où il a collecté les plus belles musiques et voix du blues à travers le monde, le français a décidé de se produire sur scène. A l'aide d'un sampleur, il a remixé divers fragments de musique pour offrir au public des sons entièrement neufs. Un projet novateur et déroutant de véritable création contemporaine. 

Zé Luis : 60 ans pour une révélation

Mais la vrai "révélation" du festival, c'est le capverdien Zé Luis, dont le concert hier soir affichait complet, au grand dam des curieux. Ce chanteur capverdien passionné, vient de sortir, à 60 ans,  son premier album "Lusafrica". Il a inondé de sa voix chaude et captivante la scène du théâtre municipal. Le rythme des îles assorti d'un belle émotion. A découvrir de toute urgence.
Clip de la chanson "Ku Nha Kin Bem" de Zé Luis