Youssou N'Dour candidat à la présidentielle sénégalaise

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 03/01/2012 à 08H40
Youssou N'Dour, à Dakar en mars 2010.

Youssou N'Dour, à Dakar en mars 2010.

© PANAPRESS/MAXPPP

C'est officiel: le chanteur et homme d'affaires sénégalais a annoncé lundi 2 janvier qu'il se portait candidat à la prochaine élection présidentielle de son pays, prévue en février. Cette déclaration était très attendue depuis qu'il avait annoncé fin novembre sa décision de "se libérer de tous ses engagements artistiques pour entrer dans l'arène politique" à compter de cette date.

Youssou N'Dour, 52 ans, ultra-populaire dans son pays, a formé cet automne son propre mouvement politique, "Fekke Maci Boolé" ("Je suis engagé", en langue Wolof). Il est opposé à la candidature du président sortant Abdoulaye Wade. A 85 ans, ce dernier vise un troisième mandat après avoir été élu triomphalement en 2000 et réélu en 2007. L'opposition conteste à Abdoulaye Wade le droit de briguer ce nouveau mandat, en vertu d'une interprétation de la Constitution.

"Tout ce que j'ai gagné à la sueur de mon front je l'ai investi dans mon pays, le Sénégal", explique Youssou N'Dour dans la vidéo ci-dessous. "C'est vrai, je n'ai pas fait d'études supérieures., mais la présidence est une fonction et non un métier." (...) "Je voudrais faire du Sénégal un pays qui se fait tout seul par la main de la force de ses enfants. Ma vie est faite de 10% d'inspiration et de 90% de transpiration. Voilà pourquoi j'ai les moyens de mettre le Sénégal au travail. Je suis l'alternative à l'alternance." (...) "Mon programme n'est pas une addition de promesses mais c'est une prise de rendez-vous ponctuelle et ferme tout au long de mon mandat."

Youssou N'Dour annonce sa candidature 

L'enfant de la Médina est aussi un businessman avisé
Chanteur et musicien d'envergure internationale, Youssou N'Dour s'est produit partout autour de la planète mais il est toujours resté fidèle à son pays, qu'il n'a jamais quitté. Le roi du M'balax (style musical) a créé son studio d'enregistrement à Dakar, ainsi qu'une boîte de nuit très prisée, le Thiossane.

Mais l'influence de "l'enfant chéri de la médina" de Dakar va bien au-delà de la musique et même de la culture. S'il a quitté l'école à 13 ans, le chanteur engagé a investi au fil du temps tous les champs, de l'économique au social : ambassadeur de bonne volonté pour la FAO et l'Unicef, il a également lancé en 2008 une société de micro-crédit, Birima. Businessman avisé,  il a surtout montré dans son pays une volonté de contrôler tous les maillons de la chaîne médiatique.

Un empire médiatique non dénué d'arrière-pensées politiques ?
Il est aujourd'hui à la tête d'un véritable empire, le groupe de presse privé "Futurs Médias" qu'il a commencé à bâtir en 2003. Ce dernier comprend une radio (RFM, la seconde station du pays), le quotidien L'Observateur (l'un des plus lus au Sénégal, il tire à plus de 60.000 exemplaires), et une chaîne de télévision.

Cette télé, dont le but officiel était de "donner un point de vue africain à l'Europe et à l'Amérique", n'a pas ménagé ses critiques vis-à-vis du pouvoir d'Abdoulaye Wade. Ce qui a fait dire à certains que l'omniprésence médiatique de Youssou N'Dour n'était pas dénuée d'arrière-pensées politiques. 

Le chanteur le niait encore il y a quatre ans, assurant qu'il n'avait pas de projet politique et qu'il ne s'en sentait "pas capable" car son métier était "la musique". Il a finalement décidé de se jeter dans la bataille.  

"A toi de faire rêver, à ton tour de jouer, à ton tour de marquer, à ton tour de gagner", chantait ce passionné de football dans son hymne écrit pour la Coupe du Monde en 1998 ("La cour des grands" en duo avec Axelle Red). Aujourd'hui, il "joue sa partition" et va droit au but.

"Seven Seconds", le duo de Youssou N'Dour avec Neneh Cherry, tube international depuis 1994