Un Prince charmant au Grand Palais

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 13/10/2009 à 09H47
Un Prince charmant au Grand Palais

Un Prince charmant au Grand Palais

© Culturebox

C'est ce qu'il y a de bien avec les surprises :  on les prend comme elles viennent, comme un cadeau. C'est ce qui s'est passé pour Prince. En improvisant deux concerts au Grand Palais, le musicien américain, qui n'avait pas joué à Paris depuis 2002, a créé l'évènement. Et, cerise sur le gâteau, il a même rencontré la presse française, avec le sourire !

Prince a créé la surprise certes mais avec lui, finalement, tout est possible. Le Kid de Minneapolis n'a jamais rien fait comme les autres. Même s'il a connu la gloire avec Purple Rain en 1984  (un album et un film qui vont éclipser pendant un temps un certain Michael Jackson), il est toujours resté un peu en marge du système. Prince, c'est un peu notre Mylène Farmer à nous : on sait peu de choses sur sa vie privée, ses interviews sont ultra-rares, ses concerts aussi. On lui a aussi attribué des comportements de "diva". A une époque en effet, on devait l'appeler Love Symbol. En fait, Prince était produit par Warner avant de devenir indépendant. Il a dû abandonner son nom, sa "marque" pendant un certain temps. Il s'est fait rare sur la scène médiatique mais cela ne l'a pas empêché de sortir des disques, de façon plus confidentielle. Depuis 2000, il peut à nouveau utiliser le nom de Prince et a resigné avec des maisons de disque, pour des contrats temporaires. Ces absences n'ont en rien entamé l'admiration que lui porte ses fans. car Prince est un touche-à-tout : il joue plus de 20 instruments, enregistre ses albums entièrement seul et a prouvé que musicalement, il était un des artistes les plus novateurs de sa génération. Cela ne signifie pas que tous ses albums soient des chefs-d'oeuvre. Le dernier en date "Planet Earth" n'a d'ailleurs pas que des bonnes critiques. Mais on pardonne plus facilement ce genre de choses à un artiste qui ose prendre des risques. Et puis dans le cas de Prince, on se souvient aussi que Miles Davis lui même l'avait comparé à Duke Ellington. Ca se passe de commentaire, non ?

"Prince fait vibrer le Grand Palais" rubrique Culture de France3.fr