The Clash : un documentaire sur l'ascension et la chute

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 19/07/2012 à 16H57
The Clash : Joe Strummer, Topper Headon, Paul Simonon et Mick Jones.

The Clash : Joe Strummer, Topper Headon, Paul Simonon et Mick Jones.

© Adrian Boot/SIPA/AP/SIPA

The Clash, groupe flamboyant britannique, occupe une place à part dans la photo de famille des grandes figures de l'ère punk. Conduit par les frères ennemis Joe Strummer-Mick Jones, le quatuor reste dans les mémoires comme un modèle d'engagement, d'humanisme et de sincérité rarement égalé. Avec le temps, le côté moins rutilant et les mesquineries de leur rupture ont quasiment été oubliés. C'est cette véritable "tragédie rock" que se propose de raconter le documentaire "The Rise And Fall of The Clash". La bande-annonce à voir ci-dessous en dit long.

Certes, Don Letts a déjà réalisé avec "Westway to the World" (2000) un portrait définitif sur "le seul groupe qui compte" comme il avait été surnommé par ses nombreux fans. Mais ce nouveau documentaire signé Danny Garcia n'en est pas moins prometteur. Articulé sur de nombreux témoignages inédits de membres et de proches du groupe, mais aussi sur des documents d'époque rares, il gratte là où ça fait mal.

"The Rise And Fall of The Clash", la bande-annonce (en anglais)

The Clash était-il un groupe "maudit" ?
Il raconte comment un groupe en pleine ascension, qui avait tout pour plaire a trébuché du jour au lendemain, en 1983, après 8 ans de magnificence. Et plus précisément comment Mick Jones s'est fait expulser du quatuor par son comparse Joe Strummer, au prétexte qu'il s'était éloigné du projet originel. Et ce juste après leur fameux concert au Shea Stadium (Queens, New York) et alors qu'ils étaient en passe de devenir le plus grand groupe de rock du monde.

Une histoire pleine de recoins, de malentendus et de non-dits, la petite musique ordinaire des pièges du succès et du choc des egos pour un groupe que l'on imaginait infaillible, ou tout au moins à l'abri de la banalité.

"On était devenus des pop stars, comme ceux qu'on voulait combattre au départ. Le succès nous a vidé de notre jus", analysait Joe Strummer en revenant sur la fin de The Clash dans "The Future is Unwritten" (2007) de Julien Temple, un autre excellent documentaire nuancé centré sur le chanteur disparu en décembre 2002.

Alors, Clash était-il un groupe "maudit", comme l'avancent certains ? En tout cas, "même le rock'n'roll est un con", résume feu Joe Strummer dans ce nouveau film. Présenté tout récemment au CBGB Festival, "The Rise and Fall of The Clash" n'a pas encore de date de sortie en France.
"The Rise and Fall of The Clash" de Danny Garcia.

"The Rise and Fall of The Clash" de Danny Garcia.

© Droits réservés