Rock Island : coup d'envoi du nouveau festival marseillais

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 25/06/2012 à 17H04
Le Fort d'Entrecasteaux accueille le festival Rock Island.

Le Fort d'Entrecasteaux accueille le festival Rock Island.

© Chloe Ophelia

Mon premier est un site exceptionnel : le fort d'Entrecasteaux, sur les hauteurs de Marseille, avec vue imprenable sur le Vieux port. Mon second est une affiche alléchante emmenée par les pointures de l'électronique et de la pop Laurent Garnier, Cassius, Digitalism, Yuksek et Pony Pony Run Run. Mon tout est le prometteur festival Rock Island, dont la première édition a démarré jeudi et se poursuit jusqu'à dimanche (1er juillet). Voici quatre très bonnes raisons d'y aller.

1 - Un site exceptionnel
Le Fort d'Entrecasteaux, plus connu sous le nom de Fort Nicolas, est situé sur les hauteurs de la Cité phocéenne, à deux pas du Vieux Port. Un lieu formidable inexploité jusqu'ici pour une raison simple: il appartenait à l'armée jusqu'à ce que la Mairie de Marseille le rachète en 2011. Depuis le Fort, la vue est imprenable sur le Vieux Port et sur la grande bleue. Au coucher du soleil, avec de la bonne musique et un bon verre, c'est encore mieux. C'est précisément ce que promet Rock Island.

2 - Une affiche très alléchante
La crème de l'électronique made in France et une poignée de groupes pop sont attendus. Au total, un genre de menu sur-mesure, riche mais gourmet, avec une quinzaine d'artistes répartis sur quatre soirs.

JEUDI, les découvertes sont à l'honneur avec Breton, un collectif londonien protéiforme comparé à The Foals, qui joue comme il filme, entre tension et rêverie, Kakkmaddafakka, un groupe norvégien de pop fraîche et acidulée et enfin la  sensuelle Nneka, une Patrice au féminin qui refuse de choisir son camp entre reggae, hip-hop et soul.

"The Comission" par Breton

VENDREDI, le pape de la techno Laurent Garnier est en duo avec Scan X pour trois heures de mixe entre Live et Dj Set, précédé du jeune sorcier des platines rémois Brodinski en ping pong avec son complice Gesaffelstein (ils ont monté ensemble le tout nouveau label Bromance).

Brodinski et Gesaffelstein
SAMEDI, Philippe Zdar, producteur en vogue (Phoenix, Beastie Boys, Housse de Racket, Cat Power) et son complice de toujours Boombass, alias Cassius, sont chargés de faire grimper le mercure après le surdoué rémois de l'électro-pop Yuksek et l'électro musclée des Allemands Digitalism. Mais aussi l'électro-pop veloutée des anglais NZCA Lines et le minimalisme féérique des régionales de l'étape Andromakers.

"I Love U So" de Cassius
DIMANCHE, place à la pop pure avec Housse de Racket et Pony Pony Run Run, deux fleurons hexagonaux qui avancent sur les pas de Phoenix.

"Hey You" de Pony Pony Run Run

3 - Voir en avant-première le projet parallèle de la moitié de Air
Jean-Benoît Dunckel, la moitié du duo Air, a monté Tomorrow's World, un projet parallèle avec Lou Hayter des New Young Pony Club. Un Français, une Anglaise. Un artiste aguerri, une jeune femme fragile. Elle au chant, lui aux claviers. Il ne s'agit pas d'un couple à la ville, mais d'un couple musical assurément. Leur premier single est sorti sur la dernière compilation du label Kitsuné. Quant à leur première scène, ils l'ont faite en octobre dernier lors d'un défilé Castelbajac. Depuis, ils ne se sont produits que deux fois, à Cannes et en Corse. Rock Island donne l'occasion de les découvrir avant tout le monde (dimanche 1er juillet) en compagnie du batteur de scène de Air Alex Thomas, en attendant un concert salle Pleyel le 5 juillet et la sortie d'un EP cet automne et d'un album en 2013.

"So Long My Love" de Tomorrow's World
4 - Des conditions idéales
D'abord, le festival se déroule en plein-air, sur les pelouses situées entre les remparts, avec un coin de verdure réservé spécialement à la détente, façon chill-out room. Côté température, on peut tabler sur du 25° en début de soirée. Ensuite, la jauge du festival est fixée à 3.000 personnes par soir : juste assez de fous pour s'amuser et juste assez intime pour ne pas se noyer. Dernier petit plus : les artistes se produisent tous sur la même scène : pour une fois, les festivaliers n'auront pas à cavaler et sont sûrs de ne rien louper. Idéal on vous dit.
La vue imprenable depuis le Fort d'Entrecasteaux

La vue imprenable depuis le Fort d'Entrecasteaux

© Droits réservés