"Printemps solidaire" : 30 concerts mobiles dimanche sur les Champs-Elysées

Par @Culturebox
Mis à jour le 16/04/2017 à 14H58, publié le 14/04/2017 à 16H33
DJ français The Avener dans le festival Fnac live, Paris, le 18 juillet 2015

DJ français The Avener dans le festival Fnac live, Paris, le 18 juillet 2015

© Yann BOHAC / CITIZENSIDE

Une semaine avant la présidentielle, - M -, The Avener, FFF et d'autres musiciens français cherchent à promouvoir la solidarité internationale tout en mobilisant les jeunes.

Rassemblement festif et citoyen organisé par Solidarité Sida, "Printemps Solidaire" propose aujourd'hui trente concerts live d'artistes tels que le DJ The Avener, Matthieu Chedid (-M-), Patrice, FFF, Deluxe, Synapson, Naive New Beaters, Naâman, Féfé, mais aussi le groupe Motivés !, une émanation de Zebda...

La musique pour rappeler la tradition d'engagement

A partir de 14h, un véritable "Solidays sur roues" descendra les Champs-Elysées jusqu'à la place de la Concorde. La troupe empruntera également les quais de la Seine, et le parcours se terminera vers 18h à l'Hôtel de Ville. L'association Solidarité Sida, qui est aussi organisateur du grand festival Solidays depuis 1999, attend cette fois plusieurs dizaines de milliers de participants.  

"C'est une occasion de faire comprendre à la jeunesse qu'elle a tout à gagner à s'impliquer dans la solidarité, qui fait du bien à l'âme et au coeur", a affirmé le chanteur Mouss du collectif toulousain Motivés !. "Le rassemblement doit permettre de perpétuer la tradition d'engagement à la française, où prime l'envie d'en être."   

Après les concerts en mobilité, un grand "meeting-concert" sur l'esplanade des Invalides sera également organisé le samedi 22 avril, veille du premier tour de l'élection présidentielle.

Solidarité internationale : la France ne respecte pas ses engagagements

Contrairement au Royaume-Uni, au Danemark ou à la Norvège, la France n'a pas respecté ses engagements en matière de solidarité internationale. C'est le message que Solidarité Sida veut délivrer aux jeunes. L'assiciation a souligné dans un communiqué que "cela fait plus de 40 ans que la France s'est engagée à consacrer 0,7% de sa richesse à la solidarité internationale et au développement, alors qu'aujourd'hui, nous en sommes péniblement à 0,37%". Elle défend plus largement "l'idée d'une France ouverte sur le monde et sur les autres, face à la tentation du repli et la montée des populismes".

Selon une étude Harris Interactive auprès des 18-35 ans commandée par l'association et publiée vendredi par BFMTV, sept jeunes sur dix estiment que la lutte contre l'extrême pauvreté dans le monde devrait être au coeur de l'action diplomatique française  (sondage réalisée du 13 au 17 mars, sur un échantillon représentatif de 1.020 personnes).