Pete Doherty mis à la porte d'un centre de désintoxication thaïlandais

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 19/07/2012 à 12H11
Actor Pete Doherty poses during a photo call for Confession of a Child of the Century at the 65th international film festival, in Cannes, southern France, Sunday, May 20, 2012. (AP Photo/Joel Ryan)/120520031259/1205201850

Actor Pete Doherty poses during a photo call for Confession of a Child of the Century at the 65th international film festival, in Cannes, southern France, Sunday, May 20, 2012. (AP Photo/Joel Ryan)/120520031259/1205201850

© AP Photo/Joel Ryan

Le sulfureux rockeur britannique Pete Doherty a été mis à la porte d'un centre de désintoxication de luxe en Thaïlande pour n'avoir pas fait preuve de volonté de combattre son addiction à l'héroïne, a-t-on appris jeudi auprès de l'établissement.

L'ancien chanteur du groupe The Libertines et ex-petit ami de la mannequin britannique Kate Moss a dû quitter mardi The Cabin, un centre à près de 10.000 euros le mois basé à Chiang Mai (nord), après trois semaines de cure. La presse britannique a indiqué qu'il avait été renvoyé en raison d'un comportement perturbateur, ce que le centre a nié, indiquant que la star n'était pas prête à  suivre le programme.

"Il est important de maintenir l'intégrité du programme de traitement pour que les autres clients aient une chance de rétablissement", a déclaré à l'AFP Alastair Mordey, membre de l'équipe de conseillers de l'établissement. "Pete comprends cela et donc aussi les raisons pour lesquelles nous lui avons demandé de partir". "Même si notre séparation est à l'amiable, nous sommes bien sûr déçus de le voir partir. Nous espérons que certaines des choses qu'il a apprises l'aideront", a-t-il encore indiqué. 

Doherty avait annulé plusieurs concerts pour rejoindre ce centre de désintoxication renommé qui fait appel à la thérapie, la méditation et aux activités de plein air comme le rafting. 

En mai, "Confession d'un enfant du siècle", adaptation du roman d'Alfred de Musset dans laquelle il apparaît en libertin torturé dans son premier rôle au cinéma, avait été présentée dans la section Un certain regard du Festival de Cannes.