Nuits sonores 2017 : l'électro électrise l'usine Fagor Brandt

Par @Culturebox
Mis à jour le 26/05/2017 à 12H34, publié le 26/05/2017 à 12H25
Immense terrain de jeu pour les festivaliers :  3 scènes réparties dans 3 grandes halles sur le site des anciennes usines Fagor Brandt.

Immense terrain de jeu pour les festivaliers :  3 scènes réparties dans 3 grandes halles sur le site des anciennes usines Fagor Brandt.

© France 3 Culturebox

C’est LE lieu emblématique des Nuits Sonores 2017 à Lyon. Le 24 mai, les anciennes usines Fagor-Brandt ont accueilli leurs premiers concerts avec une vingtaine d'artistes à l'affiche dont Laurent Garnier. Jusqu’à 5h du matin, l’immense friche industrielle aménagée pour l’occasion a vu défiler des festivaliers plutôt séduits par le côté insolite et démesuré du lieu.

Après le concert inaugural de Air le 23 mai dans le très beau - mais très sage - Auditorium de Lyon, les Nuits Sonores ont véritablement débuté le lendemain au cœur des anciennes usines électroménager Fagor-Brandt, transformées pendant trois jours en immense scène électro.

Pour cette première nuit, une vingtaine d’artistes se sont produits sur ce site industriel basé au sud de Lyon : Laurent Garnier, Agar Agar, Vitalic... Dans cet immense espace d’environ trois hectares, laissé à l’abandon depuis 2015, les festivaliers ont pu déambuler entre les trois scènes installées, pour l’une, dans un ancien atelier de fabrication des tambours de machine à laver et pour une autre, dans celui d’assemblage des lave-linge.

Reportage : France 3 Rhône-Alpes - C. Lepoittevin / M. Plouchart / F. Rudolf

Un lieu immense et insolite

Ce décor insolite et immense a nécessité plusieurs mois de travail pour être adapté aux normes et aux exigences acoustiques mais le résultat est là : le public semble apprécier ce lieu hors norme. "Plus le lieu est insolite, plus j’ai envie d’y aller" confirme ce festivalier tandis qu’un autre souligne le côté "ouvert" des concerts et les "volumes impressionnants".
1ères Nuits Sonores chez Fagor Brandt 2 © France 3 Culturebox

Faire le lien entre passé et avenir

Le festival propose chaque année un lieu original et différent : pour ses 10 ans, les Nuits Sonores s’étaient installées à l’Hôtel Dieu ;  l’an dernier, c’était l’ancien Marché de gros. A chaque fois, ce sont des sites en devenir et voués à changer radicalement d’activité : l'Hôtel Dieu va par exemple devenir une Cité gastronomique et un hôtel de luxe. "Chaque fois nous bougeons dans des lieux différents où on fait le lien entre un passé, une histoire industrielle et un avenir. On est toujours dans ces interstices entre deux vies" explique Vincent Carry, le directeur des Nuits Sonores. Dès la fin du festival, l'organisation chercher un nouvel emplacement pour l’édition 2018.
 
 En attendant, les anciennes usines, qui peuvent accueillir chaque soir plus de 13 000 festivaliers, vont encore s’électriser. Prochain "gros" rendez-vous : les Chemical Brothers le samedi 27 mai.