No Doubt de retour après une longue absence

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 21/09/2012 à 17H22
Gwen Stefani dans le clip de "Settle Down".

Gwen Stefani dans le clip de "Settle Down".

© Droits réservés

Emmenés par la blonde pin-up Gwen Stefani, qui a fait quelques infidélités en solo, No Doubt revient en formation serrée lundi après onze ans d'absence discographique. Sur "Push and Shove", son très attendu 6e album, le groupe américain tente de concilier ses influences ska et dancehall avec les sonorités actuelles.

Formé en 1986 en Californie, No Doubt s'est imposé avec sa chanteuse comme un des groupes majeurs des années 90, grâce à un univers teinté de kitsch et à une pop agrémentée de ska qui leur a apporté une série de tubes mondiaux: "Just a Girl", "Don't speak", "Hey baby"...  Après la sortie de leur dernier album en date - "Rock Steady" en 2001 - et la longue tournée qui a suivi, les Californiens avaient décidé de s'accorder une pause.

Devenue icône de mode avec sa blondeur platine et ses lèvres écarlates, la chanteuse Gwen Stefani a mis ce temps à profit pour publier deux albums solo et faire deux enfants... et du même coup le bonheur de la presse people.

Retour à la maison mère, le groupe, pour Gwen Stefani
Régulièrement au cours des dernières années, des rumeurs de nouvel album ont couru dans les rédactions et sur internet. Mais le groupe a eu du mal à se remettre au travail. Gwen Stefani, qui a signé tous les textes de "Push and Shove" avec le bassiste Tony Kanal, confie avoir eu une panne d'inspiration. De là est née l'idée de juste partir en tournée, ce qui fut fait en 2009. Ce n'est qu'après ce retour sur les planches que le groupe a retrouvé ses marques et recommencé à écrire.

"Il n'y a rien de tel qu'être dans un groupe avec ses meilleurs amis", assure Gwen Stefani dans le New York Magazine. "Jouer live est si automatique et si électrique. Toute cette période d'albums solo m'a permis de céder à mon côté théâtral (...) et de faire des chansons fun qui n'étaient pas faites pour être prises au sérieux. Mais il n'y a rien de tel que la maison (le groupe); nous sommes si à l'aise ensemble, nous nous comprenons. Je me sens, genre, normale. Alors que durant cette période en solo j'essayais d'être quelque chose, de jouer un rôle, de faire semblant". 

"Settle Down", le premier single du nouvel album

Un accouchement dans la douleur
Pour autant, l'entente n'a pas empêché cet album d'être particulièrement difficile à venir. Le processus, très lent, a pris une année. "Nous avons passé beaucoup de temps à fignoler les chansons", confie le bassiste Tony Kanal dans le même entretien au New York Magazine.

"Parfois nous passions une semaine sur un couplet. Puis on écrivait le refrain et on se disait, ce refrain est excellent, le couplet n'est pas bon. Alors on reprenait de zéro et on repassait deux semaines sur le couplet. Nous n'avons pas eu cette fois le luxe d'écrire trente chansons et de n'en retenir que les dix meilleures. Chaque chanson comptait. Et les onze chansons qui figurent sur l'album sont les onze chansons que nous avons écrites". Pas une de plus.

Collaboration réussie avec Major Lazer
Durant ce processus, le groupe a actualisé les sonorités de sa musique , avec plus ou moins de bonheur. Côté réussite, No Doubt s'est associé pour la chanson-titre avec Major Lazer, duo formé par deux producteurs très recherchés, Switch et Diplo, faiseurs de tubes pour MIA, Santigold et Beyoncé. "Push and Shove" est un titre de dancehall, ce dérivé syncopé et urbain du reggae, porté par un duel vocal entre Gwen Stefani et le Jamaïcain Busy Signal. C'est un des morceaux les plus marquants de l'album.

D'autres chansons portent la patte très reconnaissable du groupe: le premier extrait "Settle Down" et son ska ensoleillé, "One More Summer" et ses guitares new-wave, ou "Sparkle" et ses teintes reggae.

Mais une grande partie de "Push and Shove" est composée de titres électro-pop qui manquent de personnalité. En puisant dans les sonorités et les gimmicks à la mode, No Doubt propose des titres efficaces mais peine à se démarquer du reste des grosses productions actuelles.