Le Weather Winter, c'est Noël ce week-end pour les amateurs de techno

Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Mis à jour le 19/12/2015 à 11H05, publié le 16/12/2015 à 14H41
Au Weather Festival.

Au Weather Festival.

© Jacob Khrist

Depuis vendredi, et ce samedi encore, les fans de techno et de house music ont rendez-vous à La Villette. Ils viennent parfois de loin, et même de l'étranger, pour participer au Weather Festival au Paris Event Center. Au menu : une soirée entière consacrée à Jeff Mills, puis un double plateau techno et house avec des pointures telles que Kenny Dope et une brassée d'artistes à découvrir d'urgence.

Depuis l'avènement du Weather festival en 2013, une fête exigeante des musiques électroniques du Grand Paris devenue instantanément incontournable, les activistes techno de Surprize, organisateurs des fameuses fêtes diurnes et nocturnes de la péniche Concrete (amarrée au 69 Pont de la Rapée dans le 12e) ne raccrochent plus les gants.

En février dernier, ils ont lancé le volet hivernal du festival, le Weather Winter, au Paris Event Center, un parc des expositions flambant neuf situé Porte de la Villette. Après une nouvelle grosse soirée en septembre, ils sont de retour ce week-end avec un second Weather Winter constitué de deux soirées au plateau appétissant. Revue de détails.

Jeff Mills fête les 25 ans d'Axis All Night Long vendredi

Vendredi, les clés du Weather ont été confiées au maître de la techno de Detroit Jeff Mills pour un "All Night Long" de 22h à 7h du matin. Il s'agit d'un nouveau projet avec lequel le musicien et dj entend célébrer les 25 ans de son label Axis Records. Les fans se souviennent que pour les 20 ans du label, il avait déjà joué "All Night Long" à la Machine sous le concept "Time Tunnel".

"Cette fois ce sera une expérience moins mentale, plus proche du clubbing", a promis Brice Coudert, directeur artistique du Weather. "Ce sera un dj set, pas un live", précise-t-il. "Nous avons choisi de programmer Jeff Mills seul le vendredi parce qu'on ne voulait pas que le public aille voir ailleurs, nous voulions qu'il reste concentré parce que c'est un belle proposition et une aventure à part entière, une expérience à vivre."

Durant son set, "Jeff Mills va voguer entre ses différents sous-labels (Purpose Maker, Luxury Records etc) mais sans doute aussi injecter d'autres morceaux. Il y a des chances qu'il joue des inédits et des titres d'autres producteurs qui l'ont inspiré. Au départ, le projet était assez conceptuel mais il a évolué en gardant en tête qu'il s'agit cette fois d'une grosse fête. L'idée ce n'est pas Jeff Mills au musée du Louvre mais Jeff Mills au Weather", résume Brice Coudert.

Deux légendes de la house samedi : Kenny Dope et Lil' Louis

Samedi, de 18h à 8h du matin dimanche, place à un véritable banquet sonore de Noël pour clubbeurs impénitents avec un menu double face : techno côté pile et house côté face. Pour la saveur house, deux monstres sacrés au menu : Kenny Dope, qui, au sein des new yorkais Masters at Work a offert nombre de pépites house-garage et travaillé avec les plus grands noms de la pop tels que Madonna et Michael Jackson; et la légende de Chicago Lil' Louis, auteur de l'inusable "French Kiss".

Mr Ties, chantre des soirées gay berlinoises

Sur ce même plateau house défileront Mad Rey, "un jeune du label français D.KO records, auteur de "Quartier Pigalle", un hit underground", DJ Steaw, "qui fait partie de la nouvelle vague house française" et surtout Mr Ties.

"Mr Ties est un Italien connu pour organiser Homopatik, "la" soirée gay de Berlin qui compte en ce moment", explique Brice Coudert. "Il a un charisme hors normes, il est exubérant et peut finir torse nu. Il est aussi capable de s'interrompre au milieu d'un set pour s'adresser à quelqu'un qu'il a repéré au milieu de la salle. Il apporte de l'humanité."

Marcel Dettmann et Oscar Mulero, le Laurent Garnier espagnol

Côté techno, "c'est le line-up parfait", s'enthousiasme Brice Coudert, "les gens vont venir de l'étranger parce que c'est un plateau qu'on ne verra nulle part ailleurs". En tête d'affiche, Marcel Dettmann, le résident du Berghain de Berlin, maître de la techno minimale et martiale dont l'efficacité n'est plus à prouver. Pourtant, ce n'est pas cet habitué du Weather (il était là en juin dernier) qui est forcément le plus attendu.

Il sera précédé de quelques découvertes et curiosités. Oscar Mulero, "le Laurent Garnier espagnol, qui a traversé toutes les époques et reste à la pointe, loin des vieilles recettes." Taapion Soundsystem, "le petit label français qui monte, dont fait partie le Parisien Shlomo", Shifted, "un artiste anglais connu pour ses productions, qui vient présenter son live pour la première fois à Paris" et surtout Voices From The Lake.

Voices From The Lake, le Live techno qui promet le nirvana

Là, on sent que Brice Coudert a sérieusement hâte de les présenter au Weather Winter. "Voices From The Lake c'est vraiment exceptionnel", commence-t-il. "C'est le meilleur live techno, voire électronique, de ces dernières années. L'an dernier, ils ont joué à la Gaîté Lyrique et tout le monde a écrit sur les réseaux sociaux que c'était le meilleur live de leur vie." Donnato et Neel, les deux artistes derrière ce nom énigmatique, sont capables de passer de performances dans les musées aux raves pures. Au Japon, où ils ont d'abord émergé, ils ont le statut de superstars.

"Ils ont un son super spécifique, qui descend de l'ambient", détaille Brice Coudert. "C'est une techno minimaliste et dansante, très fine. C'est hyper précis et en même temps c'est de l'improvisation totale. Ce qui est incroyable c'est qu'ils s'adaptent au public. Ils sentent la foule, ils lisent littéralement dans le public. Je sais que des gens vont prendre l'avion pour venir les voir ce soir là, comme moi puisque j'ai été jusqu'au Japon pour les voir. Rien que d'en parler j'en ai des frissons."

Un appétit décuplé pour faire la fête

Pour la sécurité, les nouvelles règles seront appliquées, avec renforcement des équipes et du processus de palpation et de vérification des sacs. Pour autant, aucune baisse de fréquentation n'a été enregistrée ces dernières semaines par l'équipe Surprize sur la péniche Concrete. "Au contraire, on sent que les gens ont encore plus envie de sortir et de faire la fête", témoigne Brice Coudert. "Les fêtes qui ont eu lieu juste après les attentats du 13 novembre sont parmi les plus belles que nous ayions vécues."

Les activistes de Surprize, qui ont beaucoup contribué à bâtir la scène parisienne techno ces dernières années, cherchent constamment à se renouveler avec de nouveaux lieux et de nouvelles formules. Dans cette perspective, le Weather Winter ne sera sans doute pas reconduit l'an prochain. En tout cas pas à La Villette. Et peut-être même pas du tout. Une vraie bonne raison de ne pas louper cette édition qui s'annonce "globalement assez fun, bien house, et qui pourrait finir très Studio 54". Sortez les paillettes !

Weather Winter
vendredi 18 et samedi 19 décembre 2015
Paris Event Center
20, avenue de la Porte de La Villette Paris 75019

Entrée : 30-50 euros par soir