Diaporama 11 photos
Par Laure Narlian @Culturebox

Le portrait d'enfant, un classique des pochettes de rap

Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 01/11/2011 à 18H20
  • Joey Starr "Egomaniac" (2011)
    01 /11
    Joey Starr "Egomaniac" (2011)
    Beaucoup se sont fait prendre : "cette tétine au dauphin, j'avais la même, donc c'est Joey Starr sur la photo !" (Grosse voix de Joey Starr) "Bah non mon gars, c'est mon fils". Paw paw paw.
    © Tous droits réservés
  • Nas "Illmatic" (1994)
    02 /11
    Nas "Illmatic" (1994)
    Voici la matrice de toutes les pochettes qui suivent. Nas à 7 ans. Une photo prise par son père, le musicien de jazz Olu Dara. Avec en surimpression la cité du Queens (New York) oubliée des Dieux où il vivait alors. C'est à cette époque qu'il a pris conscience de ce qui l'entourait et de l'enfermement du ghetto. Cet album, le premier de cet immense rimeur, est un classique des classiques au panthéon hip-hop.
    © DR
  • Notorious B.I.G "Ready to Die" (1994)
    03 /11
    Notorious B.I.G "Ready to Die" (1994)
    Sorti quelques mois après celle de Nas dont elle est sans doute inspirée, cette pochette du premier album de Notorious BIG montre un enfant choisi sur casting et censé lui ressembler. Il s'agit sans doute du bébé le plus icônique de l'histoire de la musique avec celui de la pochette de "Nevermind" de Nirvana. Quadruple platine, ce disque est considéré comme un des plus grands albums de hip-hop de tous les temps.
    © DR
  • De La Soul "Stakes is High" (1996)
    04 /11
    De La Soul "Stakes is High" (1996)
    On ignore tout de ce cliché, qui figure sur le 5e album des rappeurs de Long Island. On sait seulement que De La Soul tendait alors un miroir sans concession au hip-hop, alors en train de se perdre de vue à coups de surenchère gangsta, bling bling et fortes poitrines. "Stakes is High" signifie "Les enjeux sont élevés". Pour les enfants du hip-hop ?
    © DR
  • Common "One Day it'll Make Sense" (1997)
    05 /11
    Common "One Day it'll Make Sense" (1997)
    Pour son 3e album, Common exhume une photo de lui à 8 ans avec sa mère. Ce disque, composé alors que son premier enfant allait naître, met en exergue une citation de la Bible "Quand j'étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant; quand je suis devenu homme j'ai laissé derrière moi les manières enfantines."
    © DR
  • Blackalicious "Nia" (1999)
    06 /11
    Blackalicious "Nia" (1999)
    Premier album de ce duo de Sacramento (Californie) composé de Gift of Gab et Chief XL, proches du chantre du hip-hop instrumental Dj Shadow. On ne sait rien de l'histoire de cette superbe pochette. Mais sur ce collage les enfants s'en donnent à coeur joie.  Et c'est un magnifique album.
    © DR
  • Jill Scott "Beautifully Human" (2002)
    07 /11
    Jill Scott "Beautifully Human" (2002)
    Les femmes s'y mettent aussi. Avec l'immense chanteuse de R&B Jill Scott qui nous livre une photo de classe avec couettes, pinces et dent cassée comprises. 
    © DR
  • La Caution "Peine de Maures/Arc-en-ciel pour Daltoniens" (2005)
    08 /11
    La Caution "Peine de Maures/Arc-en-ciel pour Daltoniens" (2005)
    Hi-Tekk et Nikkfurie, les deux rappeurs de La Caution, sont frères. Avec cette photo de famille ultra vintage (sous pull, papier peint) qui a sans doute trôné un moment sur le téléviseur familial de Noisy-Le-Sec, ils prennent à rebours la posture du rappeur poseur agressif ou bling bling. Ce qui résume finalement assez bien ces proches du collectif artistique anti-conformiste Kourtrajmé.
    © DR
  • Lil Wayne "Tha Carter III" (2008)
    09 /11
    Lil Wayne "Tha Carter III" (2008)
    Cette pochette du 6e album de Lil Wayne poursuit la veine lancée par Nas et Notorious. Mais ce cliché de lui enfant est archi retouché. Les tatouages, la bagouse (ses attributs actuels) et probablement le costume, ont été rajoutés. Cet album s'est écoulé à plus d'un million d'exemplaires dès la première semaine de mise en vente. 3 millions dans le monde depuis.
    © DR
  • Rah Digga "Classic" (2010)
    10 /11
    Rah Digga "Classic" (2010)
    Après dix ans d'absence, la rappeuse Rah Digga, pilier du Flipmode Squad (le collectif de Busta Rhymes), revient avec ce disque. Et une pochette d'elle enfant, poing levé, très soul seventies, qui a fait craquer les fans de hip-hop et a beaucoup fait parler d'elle.
    © DR
  • Dj Mehdi "Let the Children Techno" (2011)
    11 /11
    Dj Mehdi "Let the Children Techno" (2011)
    Là, on a un peu triché. Impossible de résister. Cette photo de Dj Mehdi, disparu le 13 septembre 2011, se trouvait en pochette intérieure de son mixe à 4 mains avec Busy P sorti en février. Mehdi, d'abord producteur de hip-hop français (Ideal J, Mafia K'1 Fry, le 113...) avait pris la tengente vers l'électronique et se moquait des chapelles. Avec l'absence de préjugés des enfants. R.I.P.
    © DR

On craque tous pour la pochette du second album solo de Joey Starr, "Egomaniac". Plein cadre, la bouille d'un petit métis, afro et tétine au bec. Malgré ses airs vintage, il ne s'agit pas d'une photo de l'artiste enfant mais un cliché de son propre fils.

Dans le hip-hop, le portrait d'enfant en guise de couverture d'album est en passe de devenir un classique. Nas, Notorious Big et Lil Wayne ont déjà donné. Et les albums en question sont précisément devenus des inusables. Ceci pourrait-il expliquer cela ? Sans doute un peu, mais pas seulement. Sans donner dans la psychologie de bazar, il y a sans doute derrière cela une quête d'innocence. Et quand il s'agit d'une photo de l'artiste lui-même, une façon de dire : "voilà qui j'étais avant d'être ce rappeur enragé". Démonstration en 10 pochettes par ordre chronologique.