Le patron du Trésor de Berlin veut ouvrir un club dans une usine de Détroit

Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Publié le 17/10/2014 à 17H53
La façade du Fisher Body 21 de Détroit où Dimitri Hegemann voudrait créer un club techno.

La façade du Fisher Body 21 de Détroit où Dimitri Hegemann voudrait créer un club techno.

© Rex Features/REX/SIPA

Dimitri Hegemann, le patron du Trésor, club légendaire de Berlin, a un faible pour la ville de Détroit, aux Etats-Unis. Une cité autrefois prospère, désertée comme aucune autre par ses habitants depuis 20 ans et actuellement en faillite. M.Hegemann a un plan pour cette ville à l'abandon. En particulier pour l'immeuble Fisher Body 21, dont il veut faire son nouveau club.

Un bâtiment en ruines avec une âme

Le Fisher Body 21 est une ancienne usine de pièces détachées de voitures. Haut de six étages, cet immeuble est aujourd'hui à moitié en ruines, les fenêtres défoncées et les murs couverts de graffiti, raconte le Wall Street Journal, à l'origine de cette information.

Lors de ses récentes visites dans la Motor City (le surnom de Detroit, ancien fleuron de l'industrie automobile), Dimitri Hegemann, 60 ans, est tombé amoureux de ce bâtiment. "Il a une aura spéciale... et j'ai des plans pour lui", déclare-t-il au même journal. Pour en faire le club techno de ses rêves, il estime qu'il faudra "ajouter des lumières rouges et un excellent sound system".

Dans cet espace de près de 50.000 mètres carrés, il voudrait également créer un restaurant, un festival d'art et un espace de travail pour start-ups.
La Michigan Central Station de Détroit serait le second choix du patron du club Trésor.

La Michigan Central Station de Détroit serait le second choix du patron du club Trésor.

© Rex Features/REX/SIPA
Son plan B : une gare abandonnée de la Motor City

Propriétaire d'un des clubs techno les plus connus de la planète, le Trésor, Hegemann n'a jamais eu froid aux yeux : son club berlinois, installé au début des années 90 dans le coffre d'une ancienne banque, s'est relocalisé en 2007 dans une immense centrale électrique de la capitale allemande.

D'ailleurs, si son projet au Fisher Body 21 devait échouer, en raison notamment d'une contamination dans l'immeuble, il a déjà un plan B : investir la gare inoccupée Michigan Central Station, une bâtisse monumentale construite en 1913.

Berlin - Détroit : villes jumelles ? Pas si sûr

Lui qui mène actuellement un projet de rapprochement entre les forces vives musicales de Berlin et D"troit dans le but de revitaliser la cité américaine en décrépitude, trouve des similitudes entre les deux villes.

Comme Berlin après la chute du mur, Détroit, pense-t-il, pourrait devenir la nouvelle mecque des artistes underground, attirés notamment par l'espace et les loyers très bas. D'autant que les passerelles sont nombreuses depuis une trentaine d'années entre ces deux places fortes de la musique techno.

Bien entendu, la mairie de Détroit soutient ce projet de rapprochement mais tout le monde ne partage pas son enthousiasme dans la Motor City, connue pour son taux de chômage record et ses graves problèmes de violence et de délinquance.

Cornelius Harris, le manager du cultissime collectif techno Underground Resistance, admet que cela pourrait être "inspirant" mais il ajoute : "il y a des problèmes à Berlin que les gens de Détroit aimeraient avoir (sous-entendu des problèmes de riches). Il n'y a pas de comparaison possible."