Le No Smoking Orchestra déjanté d'Emir Kusturica à l'Eté musical en Bergerac

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 07/08/2012 à 17H39
Le réalisateur et son orchestre poursuivent leur tournée mondiale en France.

Le réalisateur et son orchestre poursuivent leur tournée mondiale en France.

© The No Smoking Orchestra

Un rock balkanique endiablé a fait trembler la bastide de Monpazier, en Dordogne, le 4 août 2012 : le réalisateur et musicien serbe Emir Kusturica et son No Smoking Orchestra étaient invités à se produire lors de l'Eté musical en Bergerac. La 24e édition de ce festival dédié aux musiques du monde et au classique, qui se tient jusqu'au 14 août, en a fait l'une de ses têtes d'affiche.


Reportage B. Ardouin, P. Tinon, A. Cassar


Feu d'artifice musical, The No Smoking Orchestra se nourrit de rock, de country, de musette et des traditions tzigane et gitane pour inventer un univers sonore irrémédiablement festif. A chaque concert, son co-leader Emir Kusturica et six autres musiciens balayent tout sur leur passage.

Leur répertoire est avant tout constitué des bandes-son des nombreux films du cinéaste qui, au sein du groupe, chante, joue de la guitare et de la basse. Depuis "Chat noir, chat blanc" (1998), The No Smoking orchestra répond aux besoins du réalisateur. Mais c'est dès 1980, à Sarajevo, que l'aventure a démarré.

Critiques du régime communiste
Sur le tournage du film "Te souviens-tu de Dolly Bell ?", Emir Kusturica fait la connaissance d'un groupe de punk-rock qui vient tout juste de se former : Zabranjeno Pušenje (Interdiction de fumer). Il les rejoint aussitôt et participe à la réalisation de quatre albums, de 1984 à 1989. Le discours est corrosif et vise à dénoncer la face cachée de la Yougoslavie communiste.

Le réalisateur, qui obtient la reconnaissance de ses pairs en 1985 avec sa première Palme d'Or pour "Papa est en voyage d'affaires", continue de s'investir dans la musique. Il fait, à cette époque, la connaissance du musicien serbo-croate Goran Bregovic (ce dernier composera la bande originale des films d'Emir Kusturica "Le Temps des Gitans", "Arizona Dream" et "Underground").

En 1991, la guerre sépare les membres du groupe. Une partie reste en Bosnie, à Sarajevo, et l'autre se retrouve en Serbie. C'est le cas d'Emir Kusturica qui forme alors autour de lui, The No Smoking Orchestra, appelé à se produire partout sur la planète. En 1995, le cinéaste décroche une deuxième Palme d'or pour "Underground", une récompense qui suscite une vive polémique.

"Unza Unza" comme cri de ralliement
Côté musique, le conflit achevé en ex-Yougoslavie, tous les membres du groupe se retrouvent en 1998 et leur style s'affirme : ils l'appellent alors "Unza Unza", une rumba slave unique. Dans "Unza Unza Time" (paru en 2000), l'orchestre fait l'éloge des gens déracinés et des peuples tziganes issus d'une ex-Yougoslavie déchirée. Emir Kusturica réalise un documentaire sur le sujet "Super 8 Stories", entièrement tourné en caméra super 8.

En 2005, alors que le cinéaste assure la présidence du jury au festival de Cannes, il joue avec son orchestre, sur la Croisette. Son dernier projet musical remonte à 2007 : l'adaptation de son film "Le Temps des Gitans" en opéra punk-rock. Depuis, The No Smoking Orchestra égrène les scènes du monde entier.

Prochains concerts en France :
Emir Kusturica et son No Smoking Orchestra se produisent le 25 août 2012 à la Fête de la Mirabelle à Metz et le 26 août au festival Couvre Feu à Corsept, en Loire-Atlantique.