La mort d'Adam Yauch des Beastie Boys

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 04/05/2012 à 20H52
Adam Yauch, dit MCA, des Beastie Boys, en 2009.

Adam Yauch, dit MCA, des Beastie Boys, en 2009.

© Evan Agostini/AP/Sipa

Adam Yauch, dit MCA, l'un des trois Beastie Boys, pionnier du hip-hop, est mort vendredi à l'âge de 47 ans, trois ans après avoir annoncé qu'il souffrait d'un cancer, ont confirmé des représentants du groupe vendredi soir. Sa maladie semblant en rémission, sa mort survient comme un choc pour tous les fans de ce groupe culte, l'un des plus influents du hip-hop.

Selon sa mère Frances Yauch, citée par le New York Times, Adam a trouvé la mort vendredi matin à l'hôpital de Manhattan où il avait été admis le 14 avril dernier. Il était alors entouré de sa famille. Sa mère, qui l'a qualifié de "très courageux", a précisé qu'il avait gardé espoir tout du long et était resté conscient jusqu'au bout.

Un hommage unanime, bien au-delà du cercle hip-hop
Le site des Beastie Boys a publié un communiqué vendredi soir annonçant sa mort. Sur Twitter, des dizaines de personnalités de la musique, et notamment Jay-Z, De La Soul, Snoop Dogg, Eminem,  Big Boi de Outkast, Chuck D de Public Enemy, Nas, Biz Markie, Q-Tip de A Tribe Called Quest, Talib Kweli et Common lui ont rendu hommage.

Mais également Chris Martin de Coldplay, Tom Morello de RATM, Krist Novoselic (ex-Nirvana), les Strokes, Boy George, Lenny Kravitz et Justin Timberlake. En France, le cinéaste Mathieu Kassovitz a tweeté "Le hip-hop vient de mourir. Repose en paix Adam."

Un cancer des glandes salivaires
Le 20 juillet 2009, à quelques semaines de la sortie de leur 8e album, le groupe avait publié un message en vidéo dans lequel Adam Yauch, dit MCA, 45 ans, expliquait sans pathos et avec humour qu'il souffrait d'un cancer des glandes salivaires et devait se faire opérer quelques jours plus tard.

L'album et tous les concerts prévus durant l'été avaient dû être annulés.

Adam Yauch annonce en 2009 qu'il a un cancer...avec le sourire

Donné pour "guéri" il avait dû faire une mise au point
Le 8 mars 2010, Adam avait assuré dans Entertainment Weekly : "Je me sens mieux", "j'ai finalement récupéré mon énergie". L'album, baptisé "Hot Sauce Committee", remis à plat et produit cette fois par le Français Philippe Zdar (moitié de Cassius), est finalement sorti en avril 2011. Il s'agissait d'un retour énergique au hip-hop des origines. Mais la santé fragile d'Adam Yauch avait empêché les Beastie Boys de repartir en tournée.

Adam Yauch, au sujet duquel les médias avaient alors parlé de rémission totale, avait été contraint de faire une mise au point. Dans un courriel adressé aux fans, il se déclarait "heureux de l'énergie positive que le public lui envoie" mais soulignait que les affirmations selon lesquelles il était "guéri" du cancer étaient exagérées. "Je continue le traitement, je reste optimiste et j'espère être totalement guéri dans un futur proche", concluait-il.

L'an passé, il avait dirigé la suite hilarante du clip mythique du groupe "Fight For Your Right to party" avec une tripotée d'acteurs de renom, ce qui avait redonné espoir concernant son état de santé.

Fight For Your Right Revisited daté 2011 signé Adam Yauch
"Fight For Your Righ", le clip original de 1986
Des pionniers d'une liberté folle
Adam Yauch avait fondé les Beastie Boys avec Mike D. et Adam Horowitz, dit Ad-Rock, à New York en 1979. Leur premier concert, c'est pour ses 17 ans qu'ils l'avaient donné dans un appartement new yorkais. Il tenait la basse (et plus tard la contrebasse à l'occasion sur "Ill Communication").

Le groupe, d'orientation punk hardcore à ses tout débuts, était tombé rapidement dans le chaudron hip-hop. Signé chez Def Jam, le premier album de ces trois petits blancs, "Licence to Ill" sorti en 1986,  était devenu le premier album de rap à se hisser numéro un des charts américains. Ils étaient alors partis en tournée avec leurs complices d'écurie, les légendes Run DMC, LL Cool J puis Public Enemy. Très provocateur et potache a ses débuts, le groupe a rapidement évolué, jusqu'à devenir féministe et affirmer, en interview et en actes plus que dans ses disques, une forte conscience politique et sociale.

Durant trente ans et une petite dizaine d'albums, de "Paul's Boutique", considéré comme le "Sgrt Pepper du hip-hop" à "Ill Communication", en passant par "Check Your Head" et "Hello Nasty", le trio d'éternels adolescents a toujours fait preuve d'une liberté folle, en osant briser les tabous et les barrières entre styles. Ce faisant, il a emmené le hip-hop sur des chemins inexplorés qui ont inspiré et servi sa cause, notamment auprès du public rock indépendant.

"Sabotage" l'un des clips cultes des Beastie Boys signé Spike Jonze
Féru de philosophies orientales
Adam Yauch était le plus philosophe du trio. Très versé dans les philosophies orientales, bouddhiste et végétarien affiché, il a beaucoup milité pour la cause tibétaine et a rencontré le Dalaï Lama à plusieurs reprises. Co-organisateur des Tibetan Freedom concert dans les années 90 - le premier, à San Francisco avait réuni 100.000 personnes en 1996 - il a fondé la fondation Milarepa.

Fan de snowboard et cinéphile, Adam était aussi le clippeur en chef des Beastie Boys, sous le pseudo de Nathaniel Hornblower. Il a monté en 2002 la compagnie de production de films Oscilloscope Laboratories, à qui l'on doit notamment "Exit Through the Gift Shop" ("Faites le mur") de Banksy et le prochain documentaire sur la fin du groupe LCD Soundsystem. Il laisse une femme, Dechen Wangdu, et leur fille Tenzin Losel, âgée de 13 ans.

"Jimmy James", un des nombreux clips réalisés par Adam Yauch
"Intergalactic" un autre clip signé Adam Yauch
(R.I.P.)