James Blake a sorti par surprise son troisième album, "The Colour in Anything"

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/05/2016 à 17H05, publié le 06/05/2016 à 13H55
James Blake au Berlin Festival (30 mai 2015)

James Blake au Berlin Festival (30 mai 2015)

© Britta Pedersen / ZB / DPA / AFP

Il le promettait depuis plus d'un an. En février, il avait confirmé sa sortie prochaine, sur la BBC. Vendredi, James Blake a enfin dévoilé son troisième album, intitulé "The Colour in Anything", disponible à l'écoute sur différentes plateformes. Découvrez titres et extraits ci-dessous.

Sur le célèbre site de partage vidéo, l'artiste britannique à la voix d'or et aux atmosphères éthérées a enrobé toutes ces nouvelles musiques, à la tonalité mélancolique, d'images pastel, tendres et ouatées, parfois sombres, en lente évolution. La pochette (le visuel des vidéos ci-dessous) est à l'avenant : il s'agit d'un dessin signé Quentin Blake, connu pour ses illustrations des livres de Roald Dhal (Charlie et la chocolaterie, James et la grosse pêche, Matilda etc).

Le chanteur anglais, âgé de 27 ans, étrennera certainement une bonne partie des 17 titres de son nouvrl album lors du festival We Love Green, le 5 juin prochain à Paris. À la mi-février, pour rassurer les impatients, il en avait livré un premier extrait, "Modern Soul".

James Blake : "Radio Silence"

Collaboration avec Frank Ocean, "énorme inspiration"

Dans ce nouvel opus, James Blake compte deux invités de marque, l'Américain Bon Iver pour la chanson "I need a Forest Fire", et son compatriote Frank Ocean crédité sur "Always", même si on n'y entend pas sa voix. 

Frank Ocean, dont on attend avec impatience le successeur de l'acclamé "Channel Orange" paru en 2012, a co-écrit ce titre mais pas seulement. "Frank a été une énorme inspiration pour ce disque", assure James Blake dans un entretien au site américain Pitchfork. "Son processus de travail, la façon dont il écrit, la ténacité dans ce qu'il fait, ce qu'il est". "Nous sommes devenus très amis", ajoute-t-il. Et il précise, ce qui ne va pas manquer de ravir les fans, qu'il a collaboré au prochain album de Frank Ocean.

James Blake (feat. Bon Iver) : "I Need a Forest Fire"
 

Fruit de ses années "les plus productives"

Selon James Blake, ce troisième album est le résultat des années les plus productives et les plus saines de sa vie d'adulte. Ces dernières années, il a collaboré avec la crème des rappeurs américains : Chance The Rapper, Vince Staples, mais aussi avec Beyoncé. Il a co-écrit et chante sur l'un des titres les plus engagés de "Lemonade", "Forward", et on peut également l'entendre sur le morceau d'ouverture "Pray You catch me". 
 
Beaucoup de chansons de "The colour in anything" sont nées à Malibu (Californie), dans le studio Shangri-La de Rick Rubin, qui est à la production. "Pour ce disque, j'ai juste décidé de laisser les gens entrer et m'autoriser de l'aide", se souvient James Blake, qui, outre Frank Ocean et Bon Iver, a aussi invité le néo-zélandais Connan Mockasin.


James Blake voudrait rompre avec son image sombre

Le chanteur et musicien anglais dit aujourd'hui vouloir rompre avec l'image "sérieuse" et "sombre" que le public a de lui et qui, assure-t-il, ne lui ressemble pas. "J'ai réécouté mes vieux titres et je ne sonnais pas comme quelqu'un d'heureux. Je ne voudrais pas être le genre d'artiste qui se maintient dans un cycle perpétuel d'anxiété et de dépression pour en extraire sa musique", dit-il à Pitchfork.
 
On retrouve pourtant la mélancolie, la délicatesse et le côté hanté de ses précédents albums sur "The Colour in anything", centré une nouvelle fois sur les relations sentimentales difficiles. On ne se refait pas.

"The colour in anything" est le troisième album de James Blake après "Overgrown" (2013) qui avait remporté le prestigieux Mercury Prize et "James Blake", un album majeur paru en 2011 qui a révélé au monde sa néo-soul et a irrigué depuis une bonne partie du r&b et du rap américain.