Garden Nef Party : au milieu des têtes d'affiche, un électron libre, Feromil

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 19/07/2009 à 12H32
Garden Nef Party : au milieu des têtes d'affiche, un électron libre, Feromil

Garden Nef Party : au milieu des têtes d'affiche, un électron libre, Feromil

© Culturebox

Suite des festivités à La Garden Nef Party d'Angoulême avec les concerts samedi 18 juillet des français Phoenix, des belges de Ghinzu, des américains The Night Marchers...et au milieu de tout cela, un ovni musical baptisé Feromil !

Les Phoenix, Ghinzu et autres Night Marchers ayant déja leur public, intéressons nous à ce drôle d'oiseau de Feromil alias Emilien Leroy. Lui qui a grandi près du port de Dunkerque, propose une musique "pur-port", totalement inspirée par cet univers industriel peuplé de hauts-fourneaux. Mais avant de devenir Féromil, Emilien avait des pratiques plus traditionnelles, à savoir le violon et des études de kinésithérapie. Il fréquente peu à peu la scène dunkerquoise underground, réalisant des performances "post-apocalyptiques", sonores et corporelles. Et puis en 2003, alors qu'il joue au festival "Trans-Ports" à Marseille, on lui offre un détecteur de métaux et le lendemain à Amsterdam, un masque à gaz. Il a trouvé sa panoplie. Pour lui, le détecteur de métaux est un instrument à part entière, riche en sonorités et en harmonies. Un appareil qui lui permet de "traduire le chant, le chuchotement, le hurlement et le grondement du métal". Il en a fait un spectacle intitulé La Symphonie des Ferrailleurs. Un spectacle dérangeant mais dans lequel il met une telle ferveur qu'on finit par adhérer à cette aventure musicale hors-norme.