Free-party : près de 12.000 "teufeurs" dans les Côtes d'armor

Par @Culturebox
Publié le 05/12/2016 à 11H20
Environ 12000 "tufeurs"'  selon la préfecture des Côtes-d’Armor, participent à une free-party non autorisée sur le site de l’ancien aérodrome de Ploufragan en périphérie de Saint-Brieuc, 4 décembre 2016

Environ 12000 "tufeurs"'  selon la préfecture des Côtes-d’Armor, participent à une free-party non autorisée sur le site de l’ancien aérodrome de Ploufragan en périphérie de Saint-Brieuc, 4 décembre 2016

Environ 12.000 "teufeurs", réunis depuis la nuit de samedi à dimanche pour écouter de la musique techno sur l'ancien aérodrome de Saint-Brieuc, avaient pour une bonne part quitté les lieux dimanche en début de soirée, a constaté un correspondant de l'AFP.

La musique a cessé et une bonne partie des véhicules ont quitté le site où se tenait la fête, non déclarée à la préfecture. Certains participants avaient d'ailleurs commencé à quitter les lieux dès le début de l'après-midi, selon un communiqué de la préfecture des Côtes d'Armor.

"Dès 19H00" samedi soir, le préfet Yves Le Breton "a activé un centre opérationnel départemental" (COD), notamment pour organiser la sécurité et les secours. Dans ce cadre, "les forces de police et de gendarmerie ont encadré ces cortèges spontanés (de véhicules en route pour le site, ndlr) jusqu'à 3h30" dimanche matin, souligne le texte. "Les forces de l'ordre seront mobilisées" ce dimanche soir sur les routes du département "pour réprimer les comportements dangereux".

"L'Etat nous fait chanter, nous on vous fait danser"

Plusieurs "rassemblements revendicatifs" se sont déroulés samedi en Bretagne à la suite d'incidents ces dernières semaines avec les forces de l'ordre lors de deux rassemblements techno non autorisés mais nettement moins importants que celui de ce week-end. Les amateurs de musique techno reprochent en particulier aux forces de l'ordre la saisie de puissantes sonos utilisées pour ces fêtes.

"L'Etat nous fait chanter, nous on vous fait danser", "saisis mais pas soumis" ou encore "saisies = vol" pouvait-on lire sur des pancartes ou des banderoles lors du rassemblement de Saint-Brieuc. Désaffecté depuis de nombreuses années, l'ancien aérodrome où se déroulait cette free party est situé sur la commune de Ploufragan, à la limite de Saint-Brieuc.