Famine au Sahel : Tiken Jah Fakoly lance un appel pressant

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 20/03/2012 à 19H12
Tiken Jah Fakoly dans un centre de santé au Burkina Faso, le 20 mars 2012.

Tiken Jah Fakoly dans un centre de santé au Burkina Faso, le 20 mars 2012.

© Raphael de Bengy - ACF

La star ivoirienne du reggae est inquiete: après de mauvaises récoltes, on commence à souffrir de la faim au Sahel. "Si on arrive à faire les choses maintenant, on peut éviter que des enfants meurent", a estimé Tiken Jah Fakoly, qui s'est rendu mardi au Burkina Faso à l'invitation de l'ONG française Action Contre la Faim.

Dans un hangar exigu à la chaleur étouffante qui tient lieu de centre de santé villageois près de Diapaga (300 km au nord-est de Ouagadougou), il a assisté à l'examen des enfants en danger. Il a félicité les 150 femmes présentes de s'être déplacées avec leurs bébés, la plupart insuffisamment alimentés, émaciés et en pleurs. 

"Je suis inquiet après ce que j'ai vu", confie à sa sortie celui qui est l'une des idoles de la jeunesse africaine et connu pour ses engagements pour le continent. "Il faut se mobiliser dès aujourd'hui pour éviter une crise au Sahel. Je lance un appel à l'attention de la communauté internationale".

Diapaga et ses environs (quelque 45.000 habitants) ont pour la première fois enregistré cette année un déficit céréalier, qui atteint 34%, par suite de mauvaises pluies. Résultat : moins de denrées et  une flambée des prix alimentaires.

Tiken Jah a écouté les doléances au marché
Un peu plus tôt mardi, à une trentaine de km de la localité, Tiken Jah Fakoly a visité un marché de céréales, aux étals pauvrement approvisionnés, et un marché à bétail où l'on voit des bovins, moutons et chèvres souvent maigres.

Venu d'un village voisin et père de trois enfants, Boureima Diallo a été envoyé par son père pour vendre un bélier et gagner un peu d'argent pour nourrir les siens.
"Nous n'avons rien récolté cette année. C'est très difficile en ce moment pour notre famille de 15 membres", raconte ce trentenaire en boubou usé.

Un acheteur de bétail se désole auprès de la star ivoirienne: "tous les boeufs sont partis" pour des pays de la région, "il n'y a plus rien ici à cause du manque d'eau et de pâturage", explique Hassan Bollé, 50 ans.

Cinq pays du Sahel menacés par la famine, le Burkina en première ligne
Au moins 20 millions de personnes sont de nouveau menacées par une grave crise alimentaire cette année au Sahel (surtout Niger, Mali, Tchad, Mauritanie, en plus du Burkina Faso), selon Action contre la faim.

Mais d'après les chiffres de Ouagadougou, qui a lancé un appel à l'aide, au total 7 millions de Burkinabè sont menacés. Le Burkina souligne que sa situation alimentaire est rendue encore plus difficile par l'afflux de milliers de réfugiés maliens fuyant les combats opposant depuis mi-janvier l'armée à une rébellion touareg dans le nord du Mali voisin.

Une chanson et un clip contre la famine
Cet automne, une chanson a été enregistrée par une dizaine d'artistes au profit de l'Unicef, pour aider les populations de la Corne de l'Afrique frappées par la famine. Tiken Jah Fakoly y a participé en compagnie de Nolwenn Leroy, Alpha Blondy,  Jenifer, Alizée, Maurane, Manu Katché, Christophe Willem, David Hallyday, M-Pokora et Amel Bent.

Militant acharné de la cause africaine, Tiken Jah Fakoly a sorti son dernier album, "African Révolution", qui mätinait son reggae de sonorités africaines, en septembre 2010.

"Ricochets", la chanson enregistrée au profit de l'Unicef