Dans "The Big Machine", Emilie Simon change de ton, mais pas de tonalité

Par @Culturebox
Mis à jour le 18/03/2014 à 15H41, publié le 23/09/2009 à 09H48
Dans "The Big Machine", Emilie Simon change de ton, mais pas de tonalité

Dans "The Big Machine", Emilie Simon change de ton, mais pas de tonalité

© Culturebox

La voix cristalline de la jeune auteur-interprète de 31 ans continue de marquer les compositions de son quatrième album paru le 21 septembre 2009. Mais, cette fois, l'artiste emprunte à la pop des années 80 et notamment à l'univers de Kate Bush, en agrémentant le tout de sonorités électroniques. "The Big Machine", enregistré à New York où Emilie Simon vit désormais, surprendra probablement ses fans de la première heure. Les douze morceaux sont presque intégralement chantés en anglais, comme le single particulièrement énergique "Dreamland" et l'exotique "Chinatown".

Emilie Simon se fait un nom en 2003 lors de la sortie de son premier album éponyme. L'univers électro de l'artiste d'origine montpelliéraine lui a valu d'être comparée à Björk.
Deux ans plus tard, elle relève un défi de taille : composer la bande-son du documentaire de Luc Jacquet : "La Marche de l'Empereur". Le succès commercial est au rendez-vous. En 2006, la jeune artiste sort "Végétal" dans lequel elle joue avec les sonorités organiques et aquatiques.
Ces trois albums ont tous été distingués par une Victoire de la musique. Qu'en sera-t-il de son nouveau CD ?
Emilie Simon le présentera sur scène en novembre et décembre partout en France.