Coldplay présente son nouvel album à 1000 "happy few" à Paris

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 01/11/2011 à 10H32
Chris Martin, de Coldplay, chante à La Cigale le 31 octobre 2011

Chris Martin, de Coldplay, chante à La Cigale le 31 octobre 2011

© AFP / Alexander Klein

Le quatuor pop britannique a dévoilé quelques nouvelles chansons de son cinquième opus, "Mylo Xyloto", à un millier de privilégiés lundi soir, 31 octobre, lors d'un concert privé dans la petite salle parisienne de La Cigale, un petit format dont le groupe britannique a apparemment perdu l'habitude...

Ce tour de chant, désormais exceptionnel pour un groupe comme Coldplay qui emplit des stades entiers en quelques instants, a été organisé pour les gagnants d'un concours lancé par une radio et par un opérateur téléphonique. Son dernier passage en France, au Parc des Princes à Paris, remontait au 7 septembre 2009.

De fait, Coldplay, qui a quelque peu perdu l'habitude de ces enceintes intimistes, s'est présenté à la Cigale avec une machinerie -customisée aux couleurs vives du groupe- qu'il a été bien difficile de faire rentrer et tenir sur la scène, format insecte, de la Cigale. Le chanteur Chris Martin s'est peut-être lui-même senti à l'étroit lorsqu'il s'est mis à danser et gambader comme il aime à le faire d'habitude sur de véritables pontons de stades au grand air. D'ailleurs, selon certains observateurs, le groupe a joué comme s'il devait "envoyer le bois" devant des milliers de fans dont la plupart se trouveraient à des dizaines de mètres d'une scène haut-perchée... Néons multicolores, lasers traversant la salle, et la bagatelle de trois jeux de percussions pour le batteur Will Champion, font partie de l'arsenal scénique de Coldplay déployé à la Cigale.
 

"Every teardrop is a waterfall" (2011)

 

Quoi qu'il en soit, Chris Martin n'a pas manqué d'exceller dans un rôle qu'il affectionne, celui de faire chanter et chavirer un public acquis à sa cause. Il s'est adressé au public en français, tout en s'excusant de ne pas maîtriser davantage notre langue. Côté musique, comme d'habitude, il s'est accompagné tantôt à la guitare acoustique, tantôt au piano. C'est aux claviers qu'il a offert un moment particulièrement fort au public, interprétant "The Scientist", l'un des sommets du fameux deuxième album "A Rush of blood to the head" (2002), probablement le meilleur du groupe.

Bilan de ce concert-événement : une heure et quart de show, et de tubes, à la plus grande joie des fans, avec des versions scéniques plus nerveuses qu'au disque pour certains titres comme les incontournables "Yellow" (2000), "In my place" (2002) ou "God put a smile upon your face" (2002). Entre ces  classiques du répertoire de Coldplay, le groupe de trentenaires a donné à entendre quelques morceaux de "Mylo Xyloto", son cinquième album sorti le 24 octobre -et qui a reçu un accueil mitigé de la critique. Parmi ces titres, figuraient "Every teardrop is a waterfall", joué comme final du set, et le remuant "Paradize".

Prochaine occasion d'entendre Coldplay : ce sera Bercy, le 14 décembre. Mais si vous n'avez pas dûment réservé votre place au matin du 23 septembre dernier, jour de l'ouverture des locations, c'est trop tard, les 18.000 places se sont arrachées en trente petites minutes.
 

"Paradise" (2011)