Bruce Springsteen parle de ses influences au festival SXSW

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 16/03/2012 à 18H44
Bruce Springsteen au festival South by Southwest, 15 mars 2012

Bruce Springsteen au festival South by Southwest, 15 mars 2012

© Jack Plunkett/AP/SIPA

Le "Boss" a été ovationné mercredi lors d'une conférence passionnante d'une heure au festival South By Southwest à Austin (Texas). Son humilité mais aussi son humour ne sont pas passés inaperçus. "Que faisons nous debout si tôt, alors que tous les musiciens dorment encore ?", a-t-il lancé à son arrivée autour de midi. D'Elvis aux Sex Pistols, en passant par James Brown, il a détaillé longuement ses influences. Revue de détail ci-dessous.

Les conseils du "Boss" aux jeunes musiciens
Bruce Springsteen a d'abord rappelé qu'il avait empoigné sa première guitare en 1964, alors que le Rock 'n'roll n'avait que 10 ans d'existence, le comparant aux centaines d'artistes de tous genres qui arpentent les rues d'Austin et du festival rien que cette semaine. Il s'est lancé à ce propos dans une longue tirade à hurler de rire sur tous les genres et tous les sous-genres qui existent aujourd'hui : "art-punk , funk-metal, acid-rock, indie metal, glam-metal, melodic-metal, psychedelic-rock, surf music, nintendo-core (huh ?), noise-rock, roots rock, synth-rock, pagean-rock, blues rock, death and roll...". "Ajoutez néo et post à tous ce que je viens de dire et reprenez-les un par un".

Aux jeunes musiciens de l'assistance, il a lancé : "Ouvrez vos oreilles et ouvrez vos coeurs. Ne vous prenez pas trop au sérieux, et prenez vous plus au sérieux que la mort elle-même. Ne vous inquiétez pas. Inquiétez vous comme jamais. Soyez ultra confiants, mais doutez. Cela vous garde éveillé et alerte. Croyez que vous êtes le meilleur de la ville - et que vous êtes nuls. Cela vous permet de rester honnête." 

"Soyez capables de poursuivre deux idéaux totalement opposés dans vos têtes et dans vos coeurs en permanence. Si ça ne vous rend pas fou, cela vous rendra fort. Et, a-t-il ajouté, restez affamés et restez vivants. Et quand vous arriverez sur scène ce soir pour mettre le feu, faites comme si c'était tout que vous aviez - et souvenez-vous, it's only rock'n'roll."

L'intégralité du speech de Springsteen à SXSW est à l'écoute ici (avancez à 6:00 pour sa tirade hilarante sur les sous-genres)

Bruce Springsteen le 15 mars 2012 au SXSW festival.

Bruce Springsteen le 15 mars 2012 au SXSW festival.

© Jack Plunkett/AP/SIPA
Bruce Springsteen détaille ses influences:
Elvis Presley : Son apparition en 1956 à la télévision, au Ed Sullivan Show, alors que Springsteen était âgé de 6 ans, a constitué un des moments clé de sa vie. "Ce soir là j'ai réalisé pour la première fois qu'un homme blanc pouvait faire de la magie"."La télévision et Elvis nous ont offert une nouvelle forme de langage".

Le Doo-wop : il considère qu'il s'agit de "la musique la plus sensuelle" qui ait jamais existé et revendique son influence sur un titre comme "Backstreets"

Roy Orbison : il était "le vrai maître de l'apocalypse romantique que tu sentais venir juste après avoir murmuré "je t'aime" à ta petite amie." Le Boss a cité à l'appui de son propos des chansons telles que "Crying" ou "Running Scared".

Bob Dylan : "Si tu étais jeune dans les années 50 et 60, tout semblait faux... mais on ne savait pas comment le dire. Il n'y avait pas de langage pour cela à l'époque. Bob est arrivé et ils nous a donné les mots... pour comprendre nos coeurs. Il ne vous traitait pas comme un enfant. ll vous traitait comme un adulte.  Bob est le président de mon pays musical pour toujours et je l'en remercie".

Les Animals : pour Springsteen, ils ont été une "révélation" et ils ont introduit la notion de "conscience de classe dans le rock", notamment avec le morceau 'We've Gotta Get Out of This Place". Il a également révélé que cette chanson est la base de quasiment toutes celles qu'il a lui-même écrites depuis quarante ans, y compris "Born to Run", "Born in the USA", et les plus récentes. Mais il a confié que c'est "Don't let me be misunderstood" qui a servi de base à "Badlands". "C'est le même foutu riff", a-t-il révélé sous les rires de l'assistance.

The Animals "We've got to get out of this place"

La soul, de James Brown à Stax, en passant par Curtis Mayfield et la Motown ont eu un impact majeur sur lui, a-t-il dit.

Il a également fait référence au groupe de rap Public Enemy à deux reprises durant son speech ainsi qu'au groupe Kiss.

Woody Guthrie : il lui a rendu un hommage appuyé avant d'esquisser les première notes de "This Land is Your Land".  "Le monde de Woody était un monde dans lequel le fatalisme était tempéré par un idéalisme pratique. C'était un monde dans lequel parler vrai au pouvoir n'était pas futile. Pourquoi continuons-nous de parler de Woody aujourd'hui ? Il n'a jamais eu de hit, n'a jamais été disque de platine, n'a jamais joué dans un stade... Mais c'est un grand fantôme dans la machine. "

Les Sex Pistols : "ils étaient effrayants, mais les écouter te rendait courageux", a-t-il estimé, soulignant que "leur énergie" était présente durant l'enregistrement de son album "Darkness on the Edge of Town".

Le Live du Boss à SXSW
Le "Boss" a également joué 23 morceaux mercredi soir au festival SXSW. Pour le final, il a joué "This Land is Our Land" de Woodie Guhtrie et a été rejoint par une dizaine d'artistes, dont Win Butler et Regine Chassagne de Arcade Fire, Tom Morello de Rage Against the Machine, Eric Burdon des Animals ainsi que Jimmy Cliff.

"This Land is Our Land" à SXSW le 15 mars 2012

Le coup d'envoi de la tournée à l'Apollo
Le Boss, qui vient de sortir son album "Wrecking Ball", avait donné le coup d'envoi de sa tournée la semaine passée en donnant un concert au légendaire Apollo Theatre de New York pour l'anniversaire d'une radio. Il a joué plusieurs titres de son nouvel album mais il a aussi repris à cette occasion Smokey Robinson, d'abord a-capella puis en formation électrique, avec ses musiciens du E-Street Band. Regardez ci-dessous.

Bruce Springsteen à l'Apollo le 9 mars 2012
Bruce Springsteen reprend "The Way You Do The Things You Do" de Smokey Robinson à l'Apollo