Black Eyed Peas : I got a sacré bon feeling !

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 23/11/2011 à 15H17
The Black Eyed Peas

The Black Eyed Peas

© Polydor / Universal Music

Ce qui est bien avec le coffret que vient de sortir le groupe, c’est que finalement chacun y retrouve ses petits : les fans des morceaux hip hop de la première heure, comme les accrocs d’électro, fous des derniers titres.

Il y en a bien sûr pour ceux qui ont une énorme envie de retrouver les quelques tubes-parfaits-pour-bouger-son-corps-au-volant (notamment "I gotta feeling", co-produit par David Guetta, peut-être le plus gros succès du groupe depuis sa création, le seul qui ait réussi à détrôner Lady Gaga dans les classements européens). Et il y en a même pour tous les autres, que la success story commence à blaser : ceux là réussiront encore à trouver dans l’un ou l’autre des quatre disques, quelques jolies perles méconnues du grand public : des titres ovnis, portés par des expérimentations acoustiques parfois déconcertantes… et néanmoins franchement enthousiasmantes ! (on retient, entre autres, "Electric City" et "Now Generation").

Et finalement, c’est peut-être là que ça devient intéressant : que ceux qui se sont braqués sur les chansons des débuts - presque monopolisées par will.i.am - en profitent pour écouter vraiment les deux derniers albums, extrêmement réussis sur le fond comme sur la forme ("Love you long time", "Meet me halfway") et ce, bien au-delà du simple succès commercial. Et que ceux qui n’aiment justement que la production de « mass media » du groupe - qui s’y complaît depuis 2008, il faut bien le reconnaître -, se laissent le temps d’apprivoiser l’instrumental moins « bling bling » et les voix plus insolentes des débuts ("Labor day", "Latin girls") : ça a vraiment son charme.

Le coffret des Black Eyed Peas

Le coffret des Black Eyed Peas

© Polydor / Universal Music

A l’heure où les rumeurs de départ de Fergie vont bon train, c’est l’occasion ou jamais de se faire une bonne cure de Black Eyed Peas. On ne sait pas si la chanteuse est enceinte, si elle veut se consacrer à sa carrière solo ou les deux ; une chose est sûre : sans elle, rien ne sera jamais plus pareil. Avec sa voix unique et géniale, capable d’envolées lyriques à la sauce Céline Dion, comme de rugissements fauves méthode Tina Turner, ou encore, de grandes tirades de raggamuffin hargneux, elle est franchement indispensable au groupe. Rien que pour elle, pour cette diversité vocale et ce féminisme musical triomphant (elle aura quand même sacrément bien défendu sa place aux côtés des trois grands gaillards qui l’accompagnent, et dont elle a fait la fortune), il faut se laisser tenter.

 

Sortie du coffret intégral : le 28 novembre