Amy Winehouse, des images "live" inédites

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 12/12/2011 à 23H34
"When Amy Comes to Dingle", 2006.

"When Amy Comes to Dingle", 2006.

© Chris Wall

Un documentaire réalisé en 2006 en Irlande autour d'un concert et d'une interview d'Amy Winehouse sera diffusé début 2012 par la BBC2. "When Amy Came To Dingle" témoigne d'une époque où la chanteuse disparue cet été n'était pas encore une star abîmée par les excès mais une belle jeune femme insouciante et directe chantant (déjà) de toute son âme.

C'était il y a (seulement) cinq ans, en Irlande. Amy Winehouse avait 23 ans et commençait tout juste à se faire remarquer. Deux mois après la sortie de son second album "Back To Black", elle se produisait au festival "Other Voices", une manifestation singulière, dans un lieu hors du temps, Dingle. En l'église Saint James, devant 70 personnes (!) elle livrait selon les témoins une de ses plus belles prestations.

Ce qui rend ce concert vraiment particulier tient à un accident : son batteur n'ayant pu jouer ce soir là, la Londonienne n'était entourée que de deux guitaristes. "Sans un batteur, il n'y a nulle part où se cacher. Elle n'avait simplement qu'à chanter", souligne dans le Guardian le réalisateur du documentaire, Anthony Wall.

"Love is Losing Game" live à "Other Voices" en 2006

Toujours selon le Guardian, le film montre six chansons live et s'appuie également sur un long entretien que la chanteuse avait donné ce soir-là au présentateur du festival, John Kelly, après avoir englouti une assiette d'huîtres. Une interview qui montre une Amy Winehouse nature, directe et sans langue de bois (allez voir l'extrait proposé sur le site du Guardian).

Une Amy pleine d'humour (l'auto-dérision est son fort) chantant les louanges de son petit ami "si talentueux", du gospel et de la soul music dans laquelle elle avouait s'être plongée avec retard, après des années à écouter du jazz et du hip-hop.

Ce documentaire, programmé pour une diffusion au début 2012 par la BBC2, entend rendre hommage à son talent. Son réalisateur espère qu'il fera office d'"antidote" à la curiosité malsaine et au torrent de boue médiatique des derniers mois qui ont précédé sa mort. Comment ne pas applaudir ?

"Tears Dry On Their Own" Live à Other Voices en 2006