Amy Winehouse : décryptage de "Lioness : Hidden Treasures"

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 05/12/2011 à 13H59
Amy Winehouse sur la pochette de l'album posthume "Hidden Treasures".

Amy Winehouse sur la pochette de l'album posthume "Hidden Treasures".

© DR

C'est avec une certaine réserve que nous abordions ce premier album posthume d'Amy Winehouse. Parce qu'il est difficile de ne pas voir une foule d'arrière-pensées mercantiles derrière "Lioness : Hidden Treasures". Cette compilation (car il s'agit bien de cela) sort à point pour les fêtes, elle est fait de bric et de broc etc... Pourtant, ces réserves et ces a-priori tombent dès que surgit la voix de la chanteuse disparue cet été. Rien ne peut venir gâcher cette fête là. Car cet album dont on devine, c'est vrai, toutes les coutures, ressuscite ce faisant la belle.

Bien sûr, il y a peu à se mettre sous la dent en matière d"inédits. Mais quelques bijoux brillent néanmoins au firmament de ces "trésors cachés" dont une partie des bénéfices iront à la fondation Amy Winehouse créée par son père en faveur des jeunes en difficulté souffrant d'addictions. Toutefois, à ceux qui n'ont aucun album d'Amy Winehouse, on recommandera d'investir en priorité sur son second disque, ce "Back To Black" daté 2006, inusable car résolument hors du temps. Décryptage critique titre par titre de "Lioness" ci-dessous.

Le superbe "Our Day Will Come", qui ouvre l'album

"Lioness : Hidden Treasures", morceau par morceau:

1) "Our Day Will Come"
Cette reprise reggae très entêtante d'un classique des années 60 signée Ruby And The Romantics, est une superbe entrée en matière. La désespérance de cette chanson doo wop est teintée de cet optimisme vintage qui vont comme un gant à la chanteuse. On en redemande.

2) "Between the Cheats"
Voilà un des rares véritables inédits de cet album. Il avait été enregistré en vue du troisième album d'Amy Winehouse, pour lequel elle avait commencé à travailler en 2008 avec Salaam Remi. Tonalité sixties soul à nouveau avec des effets de falsetto amusants. Rien de renversant, cependant.

3 ) "Tears Dry (original demo)"
La version originale enregistrée à Miami en 2005 de "Tears Dry On Their Own" qui figurait sur "Back To Black". Une version plus dépouillée mais qui n'apporte pas grand chose. On commence à sentir le remplissage.

4) "Will You Still Love Me Tomorrow"
Pour faire bonne mesure, voilà une démo inédite. Une reprise des Shirelles datée 2004 qui n'est pas fracassante. Mais la maison de disques Island a prévenu qu'il n'y avait pas des dizaines d'enregistrements d'Amy Winehouse à exploiter et donc pas matière à sortir plusieurs albums posthumes. Une douzaine de démos dorment encore sur les étagères d'Island mais Amy ne souhaitait pas que ces chansons inachevées voient le jour. Et le patron d'Island s'est engagé à respecter son voeu. Doit-on le croire ?

5) "Like Smoke" (avec Nas)
L'un des meilleurs morceaux de cet album. Ces deux grandes voix se répondent parfaitement. Hommage peut être ici rendu au travail d'orfèvre du producteur Salaam Remi qui a monté avec fluidité cette chanson enregistrée à plusieurs années de distance par Amy Winehouse et son rappeur préféré, Nas, auquel elle rendait hommage dans "Me and Mr Jones". Le MC new yorkais a posé ses rimes sur ce titre après la mort de celle qu'il considérait comme "sa petite soeur", née comme lui un 14 septembre. Dans la chanson, son allusion au mouvement Occupy Wall Street, démarré en octobre, atteste d'un enregistrement tout frais.

6) "Valérie"
Une reprise des Zutons que Mark Ronson (le producteur de son album "Back to Black") avait fait chanter à Amy Winehouse sur son propre album de reprises, "Version", sorti en 2007. La version présentée ici est différente, moins rapide et plus touchante. Un fond de tiroir qui valait le coup d'être exhumé.

7 ) "The Girl From Ipanema"
Pour la petite histoire, le producteur Salaam Remi raconte que c'est la toute première chanson qu'Amy Winehouse lui a chanté lorsqu'il l'a rencontrée, en 2002 à Miami. Qu'attendre de cet hymne bossa nova signé des monstres sacrés Vinicius de Moraes et Antonio Carlos Jobim repris mille fois aux quatre coins de la planète ? Pas grand chose. Et pourtant, le scat et le chant d'Amy nous bouleversent. La chanteuse y fait penser à un petit oiseau fragile, cabossé par la vie, qui chante néanmoins comme il respire. De tout son coeur.

8 ) "Half Time"
Une superbe composition d'Amy Winehouse enregistrée pour les sessions de l'album "Frank", son premier album sorti en 2003. Un titre mélancolique si rétro qu'on jurerait une reprise de Marvin Gaye. Un des authentiques "trésors cachés" promis par cet album.

9 ) "Wake Up Alone" (Original Recording)
Une version antérieure, pré-Mark Ronson, de ce classique d'Amy Winehouse qui figure sur "Back To Black". Plus dépouillé, moins produit, plus jazz, mais dispensable.

10) "Best Friends, Right ?"
Enregistrée en février 2003, cette jolie chute de l'album "Frank" est un des tout premiers titres que ses fans l'ont vue chanter sur scène. Amy Winehouse ouvrait en effet son show avec ce morceau produit par Salaam Remi.

10 ) "Body and soul" avec Tony Bennett
Le dernier enregistrement d'Amy Winehouse, avec le crooner de jazz Tony Bennett, remonte à mars 2011 aux studios londoniens d'Abbey Road. Cette chanson figure dans l'album "Duets II" du chanteur américain paru en septembre. Au sujet d'Amy Winehouse, Bennett pense qu'elle savait au moment de l'enregistrement qu'elle ne vivrait pas. C'est "triste parcequ'elle était la seule chanteuse qui chantait vraiment de la bonne façon", déclarait-il au Daily Show en septembre. "C'était une grande chanteuse de jazz. Une vraie chanteuse de jazz", ajoutait-il. Ce titre en est un témoignage éclatant.

11)"A Song For You"
Une chanson poignante de Leon Russell rendue célèbre par Donny Hathaway, l'artiste favori de tous les temps d'Amy Winehouse. Le titre a été enregistré au printemps 2009, en une seule prise, chez elle où elle s'était installé un petit studio. On y perçoit en filigrane la souffrance de cette jeune femme qui combattait ses démons en chantant ses tripes. Seul regret : la production trop voyante, rajoutée après-coup, d'un morceau enregistré au départ avec Amy seule à la guitare.

Sorti le 5 décembre, "Lioness : Hidden Treasures" est à l'écoute intégrale sur Deezer.

"Body and Soul" en duo avec Tony Bennett