Divine Comedy était en concert aux Folies Bergère à Paris : Culturebox vous le propose en replay

Par @Culturebox
Mis à jour le 26/01/2017 à 12H44, publié le 26/01/2017 à 12H09
Neil Hannon en concert avec son nouveau spectacle.

Neil Hannon en concert avec son nouveau spectacle.

© Tardivon JC/SIPA

"C'est le plus beau théâtre dans lequel je n'ai jamais chanté". Durant trois soirs, Neil Hannon a enflammé et fait danser le théâtre des Folies Bergère. L'empereur de la pop baroque est fidèle à la joie et à la mélancolie. Nous vous proposons de revoir son concert en live sur Culturebox.

1. Un dandy aux Folies Bergère

Il n’y avait pas meilleur lieu pour accueillir l’élégantissime Neil Hannon. Les folies, ces lieux de divertissements qui donnèrent son nom au célèbre cabaret, sera son décor. Tout y est pour recevoir un chanteur qui comme personne ne porte le costume de Napoléon ou du John Steed de « chapeau melon et bottes de cuir », sans jamais flirter avec le ridicule. Son tour de chant prend des airs de comédie musicale sous les dorures surannées des Folies Bergère.
Décor encore, quand au mitan du concert, il sert l’apéritif, bière irlandaise, whisky écossais et vin français à ses musiciens, en tirant verre et bouteille d’une mappemonde à l’ancienne. Chic so british juste avant l’ivresse.   
Les plus anciens se souviennent de son passage il y a une quinzaine d’années. Divine Comedy est chez lui, aux Folies Bergère. « C’est le plus beau théâtre dans lequel je n’ai jamais joué » dit-il.
 

2. L'élégance du crooner francophile

Aristocrate un jour, si british toujours. C’est Neil Hannon. Mais la France est pour lui un exil doré. Paris est sa destination.  En septembre 2008, il déclarait au journal « le monde » : « Dans mon coin paumé d’Irlande, la France représentait un sommet de dépaysement. Adolescent, je fantasmais sur les films de la Nouvelle vague. J’ai ensuite découvert Gainsbourg et Brel ». Et c’est donc en français au succulent accent britannique qu’il introduit « the pact » cette valse amoureuse du dernier album par un « les fascistes progressent, ils doivent être combattus, faisons un Pacte ».
 

 3.Vingt cinq ans de ballades pop

Le concert débute avec "Sweden" titre de l’album « fin de siècle » de 1998, suit « How Can You Leave Me on My Own » du dernier album paru en 2016 et il clôt deux heures plus tard par « Absent Friends »  de 2004.

Ainsi de la mélancolie au romantisme, du baroque au cabaret, en deux heures, le public parcourt les onze albums du pop song writer irlandais. Une carrière menée en toute indépendance. Il fut un gros vendeur d’albums, il traversa le désert et perdit son label, mais jamais Neil Hannon ne dérogea à sa liberté. On retrouve sa fidélité à la délicatesse des arrangements, aux mélodies ciselées et surtout à cette écriture. Parfois, Neil Hannon se décrit comme écrivain plus que comme parolier. Il n’a pas tort. Il est le plus romanesque des chanteurs pop et les Folies Bergère son plus beau décor.