Découverte : les sons "inouïs" de Contre-verre et basse à pied

Par @Culturebox
Mis à jour le 04/08/2014 à 15H46, publié le 04/08/2014 à 15H23
Le son aérien de verres remplis d'eau

Le son aérien de verres remplis d'eau

© France 3

Ce duo de verre et contrebasse sillonne l’Auvergne au cours des festivals d’été. Des sons aigus et graves qui, en se mélangeant, créent un univers sonore inattendu.

Reportage : Morgane Jacob, Bruno Livertoux et Amélie Després
Il en a de la chance, Eric Pigeard ! Il fait ce qui est interdit à tous les enfants bien élevés : faire sonner des verres remplis d’eau en passant le doigt sur le bord ou en tapant dessus avec un couteau ou une fourchette…

Il promène donc sa table couverte de verres remplis d’eau à différentes hauteurs ou son arbre à verres, sorte de râtelier de bistrot auquel sont suspendus des verres à pied de tailles et de formes variées qu’il fait sonner à l’aide de fines baguettes de caoutchouc.
Des verres de toutes tailles et des baguettes de caoutchouc

Des verres de toutes tailles et des baguettes de caoutchouc

© France 3
Cela crée bien sûr un univers sonore inédit, "inouï", dit-il lui-même. Les sons qu’il produit sont surprenants mais n’ont rien du spectacle endiablé des numéros de cirque style "Les Sipolos" !

En 2006, Eric Pigeard a l’idée d’associer aux sons aigus aériens et éthérés du verre, la gravité, la profondeur et l’ancrage au sol des sons de la contrebasse de Pierre Léger. En somme, le Ciel et la Terre réunis dans des sonorités communes. Le résultat est là, étonnant et inhabituel.
Erick Pigeard et Pierre Léger

Erick Pigeard et Pierre Léger

© France 3
Depuis, les deux sculpteurs de sons, sillonnent l’Auvergne en particulier au cours de différents festivals d’été. Ils seront le 5 août à Saint-Dié d'Auvergne (Puy-de-Dôme), au château des Martinanches et le 20 septembre Aubergenville (Yvelines)