Corine Marienneau, ex-bassiste de Téléphone, coache de jeunes rockers

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 11/04/2012 à 16H34
Corinne Marienneau, il y a une vie après Téléphone

Corinne Marienneau, il y a une vie après Téléphone

© Chantal Godeau

Entre 1976 et 1986, la plupart des jeunes garçons de l'Hexagone étaient amoureux d'une jolie brune à l'air boudeur qui jouait de la basse dans un groupe de rock nommé Téléphone. Elle s'appelait Corine Marienneau et ses compagnons, Jean-Louis Aubert, Louis Bertignac et Richard Kolinka. Aujourd'hui, loin de Téléphone, l'ex-bassiste partage son expérience avec les jeunes musiciens de la School of Rock de Blagnac dont elle est devenue la marraine.

La vie est faite de clin d'oeil : pendant que Louis Bertignac truste le petit écran avec ses camarades de The Voice, Corine Marienneau anime des master-class dans une académie de musique avec de jeunes rockers en herbe qui reprennent quelques-uns des tubes (indémodables) de Téléphone. Des quatre membres du célèbre groupe de rock français des années 70/80, la bassiste est peut-être celle qui a eu la trajectoire la plus discrète.

Et pourtant, en 1976, elle était l'un des rares femmes à s'imposer dans le monde très masculin du rock, qui plus est en jouant de la basse. Née à Paris en 1952 dans une famille de cinq enfants, Corine a été initiée très tôt à la danse et au piano. En 1972, elle part aux Etats-Unis pour être fille au pair. A son retour, elle prend son indépendance et devient chanteuse, danseuse de claquettes. En 1974, elle devient locataire d"une "maison de musique" où elle va rencontrer Jacques Higelin, Valérie Lagrange, et surtout Aubert, Kolinka et Bertignac. Avec ce dernier, elle vit une relation amoureuse et musicale qui passera par le groupe, "Shakin'Street". Corine joue de la batterien mais dans les groupes qui se forment, c'est souvent la basse qui est délaissée. Alors, elle apprend, un peu par la technique, beaucoup par l'instinct.  

De leur côté, Aubert et Kolinka ont leur formation, "Sémolina". Quand celle-ci se sépare, ils cherchent un nouveau nom et un bassiste. Ce sera Corine. Téléphone sort son premier album éponyme en 1976 avec un titre phare "Hygiaphone". Les succès vont s'enchaîner avec des morceaux qui vont devenir des classiques.

 

"On a fait une très belle oeuvre, qui dure, qui tient, car on y a mis beaucoup de nous-mêmes. Il y avait un engagement de nous quatre qui était phénoménal" reconnaît aujourd'hui Corine Marienneau. Mais en mars 1986, le groupe se sépare. Elle suit  Louis Bertignac pour  former Les Visiteurs qui connaîtra quelques succès ("Ces idées là") avant de se séparer en 1991.

 

Entre temps, Corine donne naissance à une petite fille. La quarantaine arrive avec ses questionnements. Quelques années de tâtonnements et puis Corine Marienneau sort en 2002 un disque solo sobrement intitulé "Corine" puis un livre en 2006 (les deux projets seront de son propre aveu des échecs commerciaux").

 

 

Dans "Le Fil du temps" (Flammarion), elle raconte sa vie et celle du groupe, les tournées, le succès mais aussi la drogue, l'alcool et les défauts de ses compagnons... Ces confessions lui voudront pas mal de soucis notamment avec Jean-Louis Aubert et Louis Bertignac qui ont cessé de lui parler. Et pourtant, Téléphone devrait se reformer selon certaines rumeurs avec même une tournée prévue pour 2013. Corine en fera-t-elle partie ?  Celle qui reconnaît que le succès de Téléphone lui permet aujourd'hui de ne pas travailler et de faire beaucoup de bénévolat. Elle a déclaré à l’AFP : « Si le groupe Téléphone se reforme, je tiendrais ma place bien évidemment».