Un nouvel album de Dominique A plus vrai que nature

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 26/03/2012 à 18H00
Dominique A et  la pochette de "Vers les lueurs" son 9e album

Dominique A et la pochette de "Vers les lueurs" son 9e album

© Franck Loriou

"Vers les lueurs", le 9e album de Dominique A était attendu. Sorti ce 26 mars il laisse entrevoir quelques nouveautés dans l'univers d'un artiste qui signe en beauté ses 20 ans de carrière.

C’est un album de contrastes où s’enchevêtrent villes et campagnes, ombres et lumières, guitares et flûtes, mais aussi la force et la douceur,  la rêverie et l’engagement. En un subtil jeu de  clairs obscurs. Dès les premières chansons Dominique A nous invite à quitter la ville, ses cris et ses laideurs (« Rendez-nous la lumière ») et nous entraine le long d’une rivière (elle revient souvent) pour une balade magnifique dont on ne se lasse pas écoute après écoute.

Rock et lyrique

La musique de Dominique A a toujours été mélange de force et de délicatesse. Le trait est encore marqué dans cet album grâce à de nouveaux amis du chanteur : un quintet d’instruments à vent.  L’idée est remarquablement mise en musique. Les notes de basson, de hautbois, de cor anglais et de flûtes se mélangent très naturellement aux guitares et à la voix, très chantée, d’une application et d’une intensité rare. Tous les arrangements ont été confiés à David Euverte qui l’accompagne aux claviers depuis 7 ans. Ceci explique peut-être cela. Le disque a été enregistré en 6 jours, on a du mal à le croire  mais on ressent, entre la finesse des arrangements, l’efficacité de chansons qui pourraient facilement trouver une autre vie, juste avec une guitare.

Des mots
Les 13 titres de « vers les lueurs » semblent avoir été écrits pour une raison, un souvenir ou une personne précise. Elles ne s’adressent pas à n’importe qui mais à chacun de nous. Les pieds sur terre et la tête dans les étoiles, Domique A nous parle d’amour (« parce que tu étais là »), d’adolescence dans les champs (l’enivrant « Close west »), nous surprend avec l’intro jazzy de « Loin du soleil » (qui fait penser à Barbara), nous émerveille avec l’éblouissant « Quelques lumières », nous raconte de fulgurantes histoires de complicités fraternelles  (« Vers le bleu »)…

Dominique A explique avoir eu l’idée de faire appel a des instruments à vent en écoutant un morceau du groupe américain Midlake. Espérons que cet album soit à son tour entendu bien au-delà de nos frontières. Sans compromis, il pourrait cependant plaire à tous ceux qui n’aiment pas Dominique A.

Un livre

A cœur d'une actualité chargée,(il sort aussi une intégrale), Dominique A publie  son premier livre  autobiographique « Y revenir », le 3 mai, sous son vrai nom, Dominique Ané. Il s’agit d’un texte sur ses relations à la ville de Provins, en Seine-et-Marne, où il a passé son enfance et son adolescence. Un texte qui donnera quelques clés à ceux qui veulent savoir comment est apparu ce style et cette envie si particulière de faire de la musique. "Y revenir" est publié chez Stock dans la collection "La Forêt" dirigée par Brigitte Giraud.

Dominique A en concert avant les festivals de l'été et sa grande tournée à l’automne :

06/04 Béthune
07/04 Reims
12/04 Nantes
20/04 Cavaillon
25/04 Bourges
16/06 Casino de Paris

18/06 Lyon - Les nuits de Fourvière

2-3/07 Rennes - Les tombées de la nuit