The Brain Festival, fronde musicale contre les maladies neurodégénératives

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 17/09/2012 à 10H01
Le logo du Brain Festival

Le logo du Brain Festival

© DR

Du 20 au 23 septembre à Paris dans un premier temps, puis jusqu'au 3 novembre au travers d'autres manifestations, se tient le deuxième Brain Festival. Objectif : récolter des fonds pour l'association Neuroligue, au sein de laquelle des chercheurs bataillent contre les maladies neurodégénératives. A l'appel du musicien Thomas de Pourquery (voir notre interview plus bas), des artistes de tous horizons se produisent bénévolement, de Jacques Higelin à Camelia Jordana, d'André Minvielle à Jeanne Added, d'Oxmo Puccino à Poni Hoax.

Lancé par le saxophoniste Thomas de Pourquery, avec la complicité du chanteur Babx, le deuxième Brain Festival comporte quatre grandes soirées à partir de jeudi (voir programme détaillé au bas de l'article), plus le concert de clôture en novembre. Tous les styles et toutes les générations s'y côtoieront dans un contexte de rencontres joyeuses, délibérément aux antipodes du pathos.


Le but du festival consiste à recueillir des dons pour financer la recherche sur les maladies neurodégénératives (Alzheimer, Parkinson, sclérose en plaques, maladies orphelines...). Elles touchent près d'une personne sur huit. Toutes les entrées seront reversées, via l'association caritative Neuroligue, à la Fédération pour la recherche sur le cerveau (FRC) et l'Institut du cerveau et de la moelle épinière (ICM).

Des soirées spéciales et des événements "labélisés" Brain Festival
Entre les dates de septembre et celle du 3 novembre, dans toute la France, une vingtaine d'autres événements (concerts, pièces de théâtre, projections de films), "labélisés" Brain Festival, doivent permettre de récolter des fonds supplémentaires. Les artistes parrains reverseront à titre personnel, sous forme d'un don, le montant du cachet du spectacle de leur choix. Ils tenteront à cette occasion de sensibiliser le public à cette cause.

Thomas de Pourquery

Thomas de Pourquery

© Patrick Audoux
La bataille menée par Thomas de Pourquery
Le saxophoniste a accompagné son père, durant huit ans, dans son combat contre une maladie orpheline, l’atrophie multi-systématisée, jusqu'à son décès en février 2012, à l’âge de 66 ans. D'où l'engagement ardent du musicien contre les maladies neurodégénératives.

- Culturebox : La création du Brain Festival est totalement liée à l'épreuve que vous avez vécue sur le plan personnel, à savoir la maladie et la disparition de votre père...
- Thomas de Pourquery : Mon père François ne voulait pas s’investir dans le caritatif pour sa propre maladie, car c'est une maladie très rare qui ne touchait pas suffisamment de personnes pour décemment remuer ciel et terre. Par la suite, nous avons appris un fait décisif : les chercheurs ont regroupé une trentaine de ces maladies rares et orphelines (ainsi que Parkinson, Alzheimer et la Sclérose en plaques) dans une même "famille", les maladies neurodégénératives, étant persuadés qu'elles pouvaient avoir une origine commune. La recherche sur l'une peut s'avérer décisive pour une autre. Nous avons alors décidé de nous engager pour faire connaître ces maladies et aider la recherche, ainsi est né le Brain Festival. Pour l’immense majorité de ces maladies, la recherche est au niveau zéro. Les chercheurs manquent terriblement de moyens, les aides de l’Etat étant insuffisantes. Or, ces pathologies touchent plus d'un million de Français, un Français sur huit est concerné dans son entourage le plus proche. Il était indispensable de se lancer dans ce combat, c'est la seule lueur d'espoir pour les personnes touchées et leurs familles.

- Outre le manque de moyens, ces maladies sont assez méconnues du grand public...
- Elles pâtissent d’un tas d’idées reçues ! On croit par exemple qu’elles ne concernent que les personnes âgées. C’est totalement faux. Elles frappent n’importe qui au hasard : des jeunes, des moins jeunes, des sportifs… Si l'on excepte la maladie d'Alzheimer qui finit par emporter la conscience des malades, tous ces gens atteints par une maladie neurodégénérative se voient finir, en pleine conscience de leur état, dans un fauteuil, dépendants à 100%, sans plus pouvoir communiquer avec les autres, emmurés en eux-mêmes, après des années de dégradation. C'est une cause qui nous concerne tous. Tout le monde connaît quelqu’un qui est atteint de la maladie d’Alzheimer. C’est un truc atroce : chaque nouveau sens perdu provoque un nouveau deuil à faire pour une personne qui est encore là... Il est donc plus que jamais important de faire la nique à la déchéance.

- Vous organisez la deuxième édition de Brain Festival. Combien avait rapporté la première ? Et quels sont vos espoirs pour cette édition et la suite de cette lutte ?
- La première édition a rapporté 20.000 euros. On espère récolter beaucoup plus cette année. On a envie de s'inscrire dans cette lutte spécifique, à l’instar de ce qui se fait avec Sidaction ou le Téléthon, quand les citoyens se mobilisent, financent eux-mêmes la recherche, font bouger les choses.  On espère, au fil des ans, sensibiliser de plus en plus de monde, et même encourager, comme le font certains artistes aujourd’hui, les commerçants, ou tout autre métier, à offrir une journée de leur travail, quel qu’il soit, à cette lutte.

- Pouvez-vous nous parler de l'esprit très éclectique des concerts de Brain Festival ?
- Les concerts ont été organisés avec le chanteur Babx. Nous partageons les mêmes rêves, tant en ce qui concerne cette cause que la musique. Un de ses meilleurs amis est touché par une maladie orpheline. Concernant la musique, nous avions envie de voir se mélanger sur scène des artistes de tous styles confondus, des stars, des superstars, des inconnus... Et de mélanger les genres... D’où l’idée, par exemple, de programmer une suite de Bach par une violoncelliste au petit jour, après une nuit de dance-floor et de transpiration ! Nous refusons de rentrer dans les cases dans lesquelles on veut très souvent nous enfermer. Nous vous invitons à venir durant ce grand week-end de musiques, je vous garantis une fête sans pitié !


Babx : "La mort des amants"


LE PROGRAMME

Jeudi 20 septembre au Studio de l'Ermitage, 20H30
Concert d'ouverture : André Minvielle et Lionel Suarez en duo (invité : l'accordéoniste Marc Perrone)
Infos et réservations ici

André Minvielle et Lionel Suarez au Studio de L'Ermitage en 2011


Vendredi 21 septembre à la Maroquinerie, de 23H55 à l'aube
Poni Hoax, The Beautiful Freaks & The Dø, Viva and The Diva, L'Oiseau Bleu, Cyril Atef, S.A.F., Eve-Marie Caravassilis (violoncelle solo, à l'aube)
Infos et réservations ici

Viva and the Diva : "Across the Universe"


Samedi 22 septembre à la Maroquinerie, de 23H55 à l'aube
Joakim, Ornette, Dr(Dr)One, Insult Reason, The Beautiful Freaks & Babx, Camélia Jordana, Eve-Marie Caravassilis (violoncelle solo, à l'aube)
Infos et réservations ici

Camélia Jordana : "Non non non"


Dimanche 23 septembre au Bataclan, de 14H à 20H : concert et brunch
Oxmo Puccino, Jacques Higelin, Bal du Surnatural Orchestra, les Chiens de Navarre, Hugh Coltman, Fred Pallem, Andy Emler, L, Babx, Gaspard la Nuit, Camélia Jordana, Thomas de Pourquery, Elise Caron & Denis Chouillet, Jeanne Added, Alice Lewis
Infos et réservations ici

Jeanne Added : "The Ballad of Camden Town", a cappella


Samedi 3 novembre au Studio de l'Ermitage, 20H30
Fête-concert de clôture, avec les artistes de Brain Festival
La location sera bientôt ouverte

Concerts organisés par Neuroligue en partenariat avec Astérios et le Studio de l'Ermitage.

The Brain Festival 2012

The Brain Festival 2012

© DR
LES AUTRES SPECTACLES LABÉLISÉS BRAIN FESTIVAL (liste et accès aux infos détaillées ici)

Mardi 25 septembre 2012 à Paris, à L'Atelier du Plateau
Cinéma "Sweet Sweetback Badass Song", version Hood opéra

Jeudi 27 septembre à Dijon, Tribu Festival, Hôtel de Vogüé
Concert du trio Journal Intime

Jeudi 27 septembre à Paris, Centre d'animation des Amandiers
Cinéma : "Je suis jazz, c'est ma vie"

Jeudi 27 septembre à Paris, à l'Élephant Paname
Concert de Yom & Wang Li

Vendredi 28 septembre à Paris, au Centre d'animation des Amandiers
Cinéma : "Cent notes sans filet"

Vendredi 28 septembre à l'Opéra de Lyon
Orchestre national de jazz (ONJ) : "Piazzolla !"


ONJ : "Piazzolla !"

Dimanche 30 septembre à Paris, à l'Ogresse
Hochapfel/Sy/Godet et cinéma : "The rest of your life"

Samedi 6 octobre 2012 à Paris, à la Péniche L'Improviste
AutorYno + cinéma : "Abraham Inc., le film"

Samedi 6 octobre 2012 à Bagnoles de l'Orne, Auditorium
Supersonic : a tribute to Sun Ra

Mardi 9 octobre 2012 à Paris, Auditorium de l'ICM
Henri Texier et Sébastien Texier

Mercredi 10 octobre à Paris, Théâtre de Ménilmontant
Théâtre franco-anglais : Nustibus & Nimbus

Jeudi 11 octobre 2012à Tours, Le Petit Faucheux
Das Kapital

Vendredi 12 octobre 2012 à Paris, Bus Palladium
Dad

Vendredi 12 octobre à Montreuil, Maison Populaire
Cinéma : "Jazz Racine"

Samedi 13 octobre, Avoines, Espace Culturel
Concert de Bratsch

Samedi 13 octobre 2012 à Perpignan, Théâtre de l'Archipel - Le Grenat
"Les amants de Juliette"

Lundi 15 octobre à Nancy, MANUFACTURE -Nancy Jazz Pulsations-
Pierrick Pédron, "Cheerleaders"


Pierrick Pédron : "Coupe 3"

Vendredi 19 octobre 2012 à Toulouse, Le Bijou
Roberto Negro et Xavier Machault

Lundi 22 octobre 2012 / Cosne-sur-loire / Salle Palatine
Éric Légnini Trio

Jeudi 25 octobre 2012 à Brest, le Vauban
Élise Caron et Denis Chouillet


Elise Caron et Thomas de Pourquery : "I have longed to move away", de Lucas Gillet


Dimanche 28 octobre 2012 à Paris, Le Lieu-Dit
Cinéma : "Louis Sclavis, l'histoire d'une création"

Mardi 30 octobre 2012 à Mont-Saint-Aignan, Maison de l'Université
La grande campagnie des musiques à ouïr