"Nouvelles encourageantes" de Michel Polnareff, victime d'une embolie pulmonaire

Par @Culturebox
Mis à jour le 05/12/2016 à 19H58, publié le 05/12/2016 à 14H19
Michel Polnareff le 17 novembre 2016 à Bruxelles

Michel Polnareff le 17 novembre 2016 à Bruxelles

© NICOLAS MAETERLINCK / BELGA MAG / BELGA

"Les nouvelles sont encourageantes" sur l'état de santé de Michel Polnareff hospitalisé depuis samedi à l'Hôpital américain de Neuilly en raison d'une embolie pulmonaire. C'est ce qu'a indiqué lundi soir au micro de RTL le Dr Philippe Siou. Quelques heures plus tôt, les nouvelles étaient alarmistes, le "pronostic vital" du chanteur âgé de 72 ans étant engagé.

Michel Polnareff est conscient et sous traitement

Michel Polnareff, hospitalisé depuis samedi 3 décembre, "n'est plus entre la vie et la mort", a affirmé le médecin. "Les nouvelles sont encourageantes dans la mesure où un diagnostic a été effectué  (...). S'il n'avait pas été diagnostiqué, les choses auraient pu tourner mal. Il est actuellement sous traitement. Dans les jours qui viennent, on pourra dire qu'il est totalement sorti d'affaire", a insisté le médecin, confiant, sur RTL.

Le chanteur "est totalement conscient", a souligné le Dr Siou, indiquant que Michel Polnareff a "eu un choc" quand il a appris le diagnostic.

Le compositeur a été hospitalisé samedi dans le cadre d'un "syndrome infectieux traité depuis une semaine". Il souffre d'une "embolie pulmonaire bilatérale" qui engageait "son pronostic vital" lundi en début de journée, selon un certificat médical signé de la main du Dr Siou transmis quelques heures plus tôt par son attaché de presse.

"Il toussait beaucoup et avait du mal à respirer"

L'interprète de "La poupée qui fait non" a dû annuler les deux derniers concerts de sa tournée prévus vendredi à Paris et samedi à Nantes

"Michel souffrait d'une sinusite en début de semaine, qui a viré à la bronchite. Il a subi des infiltrations pour pouvoir tenir la scène à Toulouse, Pau et Bordeaux. Vendredi matin, il a été pris d'importants vertiges et de chute de tension", avait déclaré samedi soir à l'AFP Fabien Lecoeuvre.

Malgré une nuit de repos, l'état de la star aux éternelles lunettes blanches s'est aggravé samedi. "Samedi matin au réveil, il toussait beaucoup, il avait du mal à respirer et il avait une forte hausse de tension. On l'a conduit à l'hôpital à 14h". La décision de l'hospitaliser a entrainé l'annulation du concert en soirée à Nantes, dernière date de cette tournée. 

Vendredi soir, déjà malade, Michel Polnareff, 72 ans, avait une première fois été admis dans le même établissement avant de devoir renoncer à jouer à Salle Pleyel à Paris et en informer lui-même ses fans sur sa page Facebook, l'air accablé et très las : "Je viens avec une mauvaise nouvelle, je ne pourrai pas assurer le show ce (vendredi) soir. J'en suis totalement désolé mais je suis dans un état d'épuisement total", avait déclaré l'auteur de "Goodbye Marylou".

Une sinusite qui a viré à la bronchite

Les concerts annulés à Paris et à Nantes auraient dû mettre la touche finale à une tournée de sept mois dans toute la France, où le chanteur aux éternelles lunettes de soleil à montures blanches a revisité ses cinquante ans de carrière.


L'interprète de "Love me, please love me" a immortalisé ce retour sur scène avec la sortie ce vendredi d'un album live enregistré lors d'une représentation le 14 juillet à l'Olympia. Michel Polnareff, qui n'avait plus joué en France depuis neuf ans, s'est lancé dans cette nouvelle tournée, après avoir sorti un single fin 2015, "L'homme en rouge".

Annoncé depuis plusieurs années, un 10e album studio se fait en revanche toujours attendre. Son dernier remonte à 1990 ("Kâma Sutrâ"). L'auteur de "La poupée qui dit non", qui vit à Los Angeles depuis de nombreuses années, a en revanche sorti une autobiographie en début d'année, intitulée "Spèrme", dans laquelle il évoque notamment son enfance et sa récente paternité.

Qu'est-ce qu'une embolie pulmonaire ?

La gravité d'une embolie dépend de l'importance de la partie du poumon touchée et de l'état cardiaque ou respiratoire de la personne. Dans sa forme la plus grave, elle peut provoquer une insuffisance cardiaque, une destruction plus ou moins étendue des cellules du poumon et une pénurie d'oxygène dans le sang. L'embolie pulmonaire survient lorsqu'un caillot finit par boucher une artère des poumons. La partie du poumon affectée ne peut alors plus fournir d'oxygène à l'organisme.