Neuf ans après, Michel Polnareff repart en tournée

Par @Culturebox
Publié le 28/04/2016 à 12H02
Michel Polnareff en studio de répétition à Los Angeles, le 8 avril 2016

Michel Polnareff en studio de répétition à Los Angeles, le 8 avril 2016

© Frédéric Dugit / PhotoPQR / Le Parisien

Michel Polnareff reprend du service pour une quarantaine de concerts, à partir de samedi à Epernay, dans la Marne, de quoi faire patienter ses fans qui attendent toujours un nouvel album plusieurs fois repoussé.

Le dernier album studio du père de "La poupée qui fait non" et de "Goodbye Marylou", qui fêtera ses 72 ans le 3 juillet, remonte à 1990 ("Kâma Sûtra"). D'abord annoncé pour décembre 2014, le nouvel album devrait réunir sept à neuf nouvelles chansons dont il a écrit tous les textes, et plusieurs instrumentaux.

"L'album est en retard car je ne me fous pas de mes fans"

Depuis 25 ans, Michel Polnareff a sorti seulement deux albums live - "Live at the Roxy" (1996) et "Ze(re)Tour 2007" (2007) - et n'a fait paraître que deux chansons inédites : "Ophélie flagrant des lits", en 2006, et "L'Homme en rouge" fin 2015, évoquant la solitude et Noël avec des orchestrations foisonnantes. "Je sais qu'il y a des fans qui disent +il se fout de nous+, mais justement l'album a pris du retard, car je ne me fous pas d'eux", a assuré "l'Amiral" mercredi au micro d'Europe 1.


Une des nouvelles chansons, "Louka's song", sera dédiée à son fils de cinq ans. Un autre titre évoquera une geisha sadomaso. "Quand on attend aussi longtemps un disque, il faut qu'il soit absolument parfait. Mais la perfection, cela prend du temps", s'est-il justifié, sans préciser une date de sortie.

"Impatient de monter sur scène"

Sur RTL, Michel Polnareff a insisté : "L'album sortira quand il sortira. Je remettrai les bandes à ma maison de disques quand il sera fini." Le père de "Lettre à France" a ajouté "qu'il n'(avait) jamais été aussi impatient de monter sur scène que pour cette nouvelle tournée".

"Les répétitions sont un régal, la mise en scène sous forme de tableaux, magique", s'est réjoui Michel Polnareff mardi sur son compte Facebook. "Nous n'avons pas pu résister à un hommage à Prince qui m'arrache quelques larmes à chaque fois..."

Surmotivé par "les rumeurs et le bashing incessant"

"Le challenge imposé par les rumeurs et le bashing incessant, au lieu de nous décourager comme certains l'espèrent, décuplent l'envie de donner raison à ceux qui soutiennent l'Amiral contre vents et marées, et de donner tort à ceux qui se battent pour que le rêve s'arrête", a-t-il ajouté, faisant allusion à fausses informations sur des annulations de concerts.

Avant sa dernière tournée en 2007 marquée par un méga concert au pied de la Tour Eiffel pour le 14 juillet, l'icône pop aux célèbres lunettes blanches n'avait plus chanté en France depuis 1973, date à laquelle il était parti s'installer aux États-Unis à la suite de problèmes fiscaux, réglés depuis.

Anticonformiste et provocateur dans l'âme

L'auteur d'"On ira tous au paradis", dont l'esprit de provocation semble intact, vient de publier chez Plon une autobiographie, "SPERME" (les lettres formant le mot PERE imprimées en rouge).

Anticonformiste depuis toujours, l'artiste choque la France deux ans avant mai 1968 avec "l'Amour avec toi", quelques mois avant "le Bal des Laze", l'un de ses grands succès. En octobre 1972, son affiche "PolnaRévolution" sur laquelle il montre ses fesses pour la promotion d'une série de concerts à l'Olympia, crée le scandale sanctionné par une condamnation pour attentat à la pudeur, assortie d'une amende de 60.000 Francs de l'époque.
Michel Polnareff : "Le Bal des Laze" (1968)

Auteur et compositeur de nombreux tubes, capable de mêler à ses créations pop des partitions de Mozart, Chopin ou Debussy, ce "virtuose du piano" a composé également pour le cinéma, dont "la Folie des grandeurs" (1971) ou "la Vengeance du serpent à plumes" (1984) de Gérard Oury.

La tournée 2016 de Michel Polnareff passe par quatre soirées à Paris, à Bercy (désormais baptisé "AccorHotel Arena"), du 7 au 11 mai.